October 11, 2017 / 4:57 PM / 10 months ago

La réforme de la formation générerait 17,3 milliards d'euros

PARIS (Reuters) - Le plan d’investissement de 15 milliards d’euros du gouvernement dans la formation professionnelle et l’apprentissage devrait générer jusqu’à 17,3 milliards d’euros de retombées économiques, a estimé le plus important syndicat des organismes de formation de France dans une étude d’impact publiée mercredi.

RLe plan d'investissement de 15 milliards d'euros du gouvernement dans la formation professionnelle et l'apprentissage devrait générer jusqu'à 17,3 milliards d'euros de retombées économiques, a estimé le plus important syndicat des organismes de formation de France dans une étude d'impact publiée mercredi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Cet investissement permettrait à 500.000 personnes de retrouver un travail d’ici la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron, soit 200.000 de plus que ce que le gouvernement avait prévu, précise la Fédération de la formation professionnelle (FFP).

La FFP représente plus de 550 dispensateurs de formation à travers la France pour un chiffre d’affaires total de deux milliards d’euros.

Emmanuel Macron doit rencontrer jeudi les partenaires sociaux pour leur faire part de ses projets au sujet des réformes à venir dans ce secteur qui a coûté, à lui seul, 31,6 milliards d’euros aux entreprises, à l’Etat, aux collectivités publiques et aux particuliers.

Le président de la République doit aussi présenter ses orientations sur la réforme de l’assurance chômage.

Le cabinet de conseil Roland Berger chargé de réaliser l’étude d’impact s’est basé sur un taux de retour à l’emploi post-formation de 25%, tel qu’expérimenté par Pôle emploi sur le terrain, pour calculer les retombées de la refonte.

Sur les deux millions de personnes formées sur le quinquennat, comme le prévoit Emmanuel Macron (un million de jeunes et un million de chômeurs), 500.000 devraient ainsi se réinsérer sur le marché du travail.

A elles seules, ces personnes contribueront à augmenter le produit intérieur brut (PIB) de 9 milliards d’euros.

A cela s’ajoutent des économies de 8,3 milliards d’euros réalisées par les finances publiques grâce à la radiation de ces personnes de l’assurance chômage et un accès plus rapide aux formations.

Afin d’optimiser davantage le secteur, la FFP propose de simplifier le Compte personnel de formation (CPF), dispositif qui permet d’accumuler des heures tout au long de son parcours professionnel.

Elle recommande de verser dans ce compte non pas 20% de la taxe payée par les entreprises pour la formation professionnelle continue, comme aujourd’hui, mais 60%. Cette taxe représente 1% de la masse salariale pour les entreprises de plus de 10 salariés.

Elle souhaite également mettre un terme au monopole de la prescription des formations des demandeurs d’emploi détenu par Pôle Emploi. Enfin, elle réclame une réforme de la certification pour fluidifier l’entrée en formation.

Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below