October 9, 2017 / 4:43 PM / 10 months ago

Première mission de l'Ofpra au Niger dans les prochaines semaines

PARIS (Reuters) - L’office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) mènera sa première mission d’examen de demandes d’asile “dans les prochaines semaines” au Niger, a annoncé lundi Emmanuel Macron, à l’issue d’un entretien avec le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Le directeur général de l'office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), Pascal Brice. L'Ofpra mènera sa première mission d'examen de demandes d'asile "dans les prochaines semaines" au Niger, a annoncé lundi Emmanuel Macron, à l'issue d'un entretien avec le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Le chef de l’Etat avait souhaité fin juillet la mise en place de “hot spots” au Niger, au Tchad et en Libye afin “d’éviter aux gens de prendre des risques fous” en traversant la Méditerranée pour rejoindre l’Europe “alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile”.

L’option de la Libye avait par la suite été abandonnée compte tenu de la situation sécuritaire encore préoccupante dans ce pays plongé dans le chaos et miné par les rivalités, six ans après la chute de Mouammar Kadhafi.

“Les choses progressent (...), les discussions avec le Niger et le Tchad ont permis des réalisations extrêmement concrètes ces dernières semaines”, a dit Emmanuel Macron à la presse lors d’une déclaration à l’Elysée.

“Dans les prochains semaines, nous aurons les premières opérations qui seront conduites dans ce cadre avec une coopération entre l’Ofpra et le HCR”, a-t-il ajouté.

Selon l’entourage du chef de l’Etat, l’Ofpra envisage de mener une première mission à la fin du mois d’octobre au Niger.

“Le Niger est prêt à collaborer et nous offre une possibilité de partenariat très importante mais aussi d’autres pays qui sont des pays d’asile et de transit de cette masse humaine qui se déverse vers la Libye et vers l’Europe”, a indiqué de son côté Filippo Grandi.

“Le plus important, c’est de pouvoir être présent dans ces pays et les aider à mieux gérer les flux des personnes qui bougent et, à travers cette présence, d’offrir à ces personnes (...) des solutions, soit locales, soit la réinstallation dans des pays tiers”, a-t-il ajouté.

La mise en place de ces “missions de protection”, visant à identifier en amont les migrants éligibles à l’asile, avait été soutenue par l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France lors d’un mini-sommet Europe-Afrique sur les migrations le 28 août.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 100.000 migrants et réfugiés sont arrivés depuis janvier en Europe, dont plus de 85.000 ont débarqué en Italie en traversant la Méditerranée depuis les côtes libyennes.

Pour permettre au HCR et à l’OIM de renforcer leurs actions en Libye, devenue la plaque tournante des réseaux de passeurs et de trafiquants, Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé une aide supplémentaire de 10 millions d’euros aux deux institutions.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below