August 2, 2017 / 6:46 AM / a year ago

La SNCF reconnaît avoir été débordée à Montparnasse

PARIS (Reuters) - Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, s’est à nouveau excusé mercredi pour l’incident technique qui a fortement perturbé le trafic pendant trois jours à la gare Montparnasse et reconnaît que la SNCF a été débordée face à la situation.

La circulation des trains au départ et à l'arrivée de la gare Montparnasse à Paris est revenue à la normale mercredi après trois jours de fortes perturbations liées à un incident technique, a annoncé la SNCF. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

“Je voudrais redire à nos clients du TGV à Montparnasse que je sais qu’ils ont vécu des moments difficiles et que je le regrette profondément parce que c’est leur confiance qui nous fait vivre et qui nous fait avancer”, a-t-il dit sur RTL.

La panne, qui a été provoquée par un défaut d’isolation dans l’alimentation électrique d’un poste de commande de signalisation à Vanves (Hauts-de-Seine), a été détectée dans la nuit de lundi à mardi.

Il s’agit d’un morceau d’un tunnel qui s’est détaché, et servait de support aux fils d’alimentation électrique, ce qui arrive “malheureusement” de temps en temps, a expliqué Guillaume Pepy.

La circulation des trains au départ et à l’arrivée de la gare Montparnasse à Paris est revenue à la normale mercredi, après avoir été limitée à trois trains par heure mardi et lundi.

“Il faut juste essayer de comprendre la situation dans laquelle on s’est trouvés. Plus de poste d’aiguillage, ça veut dire plus de signaux”, a poursuivi Guillaume Pepy.

“On était dans le noir complet et c’est un des jours les plus forts de l’année. On a transporté ce week-end 1.5 million de personnes et donc c’est vrai on a été débordés, je le reconnais volontiers.”

INFORMATIONS CONTRADICTOIRES

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, estime que le travail de la SNCF pour gérer cette crise n’a pas été satisfaisant.

“Des pannes peuvent survenir; tout le monde le comprend. Mais l’information des voyageurs n’a pas été satisfaisante. Les usagers ont reçu des informations contradictoires”, dit-elle dans une interview au Parisien publié mercredi.

Elle a demandé à la SNCF de lui fournir un rapport de gestion sur l’incident technique. Ce rapport sera publié sur le site internet de l’entreprise publique jeudi ou vendredi, a annoncé Guillaume Pepy.

Pour éviter qu’une telle crise ne se reproduise, le président du directoire de l’entreprise publique estime que la SNCF doit mettre en place “des plans de continuité du service même en cas de très (...) gros pépin”.

“Pour SNCF Mobilité, qui est en charge de transporter des voyageurs, il faut qu’on ait une source d’information sur ce qui circule et ce qui ne circule pas, unique”, a expliqué Guillaume Pepy.

Le nouveau pouvoir exécutif entend donner la priorité aux transports de la vie quotidienne, à l’entretien et à la modernisation des réseaux plutôt qu’au lancement de nouveaux grands projets dans les infrastructures de transport.

Cette orientation, tracée par Emmanuel Macron le 1er juillet à l’occasion de l’inauguration des deux nouvelles lignes à grande vitesse Paris-Rennes et Paris-Bordeaux, a été réaffirmée mardi par le Premier ministre, Edouard Philippe.

Dans Le Parisien, Elisabeth Borne, précise : “Nous sommes en train de réfléchir au modèle économique du ferroviaire pour permettre à la SNCF de se consacrer aux transports de la vie quotidienne et de proposer ses TGV à des prix abordables. Ce sera un des chantiers des assises sur la mobilité que je lancerai à la rentrée”.

Caroline Pailliez, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below