August 1, 2017 / 9:25 PM / in a year

France: La reproduction des cétacés en captivité reste interdite

PARIS (Reuters) - L’interdiction de la reproduction des orques et dauphins en captivité, qui découle d’un récent arrêté de l’ancienne ministre de l’Environnement Ségolène Royal, n’a pas été suspendue a annoncé mardi soir le Conseil d’Etat.

L'interdiction de la reproduction des orques et dauphins en captivité, qui découle d'un récent arrêté de l'ancienne ministre de l'Environnement Ségolène Royal, n'a pas été suspendue a annoncé mardi soir le Conseil d'Etat. /Photo prise le 10 mai 2017/REUTERS/Eric Gaillard

La demande de suspension de l’exécution de l’arrêté daté du 3 mai 2017 redéfinissant les conditions de captivité des cétacés en France avait été formulée par trois centres aquatiques : le Marineland à Antibes (Alpes-Maritimes), le parc animalier Planète sauvage de Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) et le Parc Astérix (Oise).

Le juge des référés n’a pas remis en cause la principale mesure de ce texte, prohibant toute détention de nouveaux orques et dauphins après la date d’entrée en vigueur de l’arrêté.

Concrètement, le magistrat ne suspend pas la mise sous contraception hormonale par voie orale des animaux “jusqu’à l’examen au fond de la demande des sociétés requérantes tendant à l’annulation de l’arrêté”, qui devrait intervenir dans un délai “de quelques mois”.

Il estime en effet que ce traitement n’a pas de conséquences négatives sur la santé ou le bien-être des cétacés.

En revanche, il suspend la disposition concernant l’interdiction de produits chlorés pour désinfecter les bassins, le délai de six mois accordé aux établissements pour se mettre en règle lui apparaissant trop bref.

“Le remplacement du chlore par d’autres substances ou procédés (...) implique la réalisation de travaux importants”, est-il précisé dans un communiqué du Conseil d’Etat.

La Fondation Brigitte Bardot s’est félicitée ce mardi soir dans un communiqué “de cette décision progressiste, juste et justifiée”.

“Nous serons présents dans quelques mois, aux côtés du ministère de la Transition énergétique et d’autres associations lorsqu’il s’agira de défendre l’arrêté sur le fond et de s’assurer que la France rejoigne bel et bien les 12 pays européens qui n’ont pas ou plus de dauphins captifs”, précise sur Facebook l’ONG de défense des animaux Sea shepherd, favorable au maintien du texte.

Matthias Galante, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below