July 20, 2017 / 6:04 AM / a year ago

Le gouvernement lance ses états généraux de l'alimentation

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe a donné jeudi le coup d’envoi des états généraux de l’alimentation destinés à améliorer les relations entre les acteurs de la filière, mieux accompagner les agriculteurs frappés par des crises à répétition et faciliter l’accès des consommateurs à des produits sains.

Les états généraux de l'alimentation, une concertation visant à améliorer des relations tendues entre les acteurs de la filière tout en garantissant des produits sains, débutent ce jeudi. /Photo prise le 18 juillet 2017/REUTERS/Pascal Rossignol

Cette vaste concertation, promise par Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle, doit s’étaler sur près de cinq mois, parallèlement à une consultation publique sur internet.

“L’Etat ne doit pas tout faire, parce qu’il risquerait de faire mal, parce qu’il ne peut pas faire sans vous”, a déclaré le Premier ministre devant un parterre de représentants issus de l’ensemble du secteur, des agriculteurs aux distributeurs.

“Nous prendrons notre part de responsabilités. En fonction de vos conclusions, l’Etat accompagnera et mettra en cohérence les politiques publiques”, a-t-il ajouté.

A ce stade, le gouvernement ne dit cependant pas sur quoi déboucheront ces états généraux, si ce n’est “des initiatives concrètes”.

“L’utilité, c’est d’avoir des décisions réglementaires ou des décisions législatives”, a déclaré à la presse le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert. “Mais ces décisions, je ne peux pas vous les donner aujourd’hui”, avant le résultat de la concertation, a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron, et les ministres de la Santé et de l’Economie, Agnès Buzyn et Bruno Le Maire, qui devaient chacun prendre la parole jeudi, ont annulé leur intervention.

RÉPARTITION DE LA VALEUR

Pilotés par le ministère de l’Agriculture, les travaux ne commenceront réellement qu’à la fin du mois d’août, pour se conclure fin novembre, avec un compte rendu final attendu vers la mi-décembre.

Deux chantiers principaux sont au programme : un premier consacré à la répartition de la valeur entre les différents maillons de la filière alimentaire, notamment autour de la problématique de prix plus remunérateurs pour l’agriculteur et un second à l’alimentation saine et durable.

La Fédération du commerce et de la distribution (FCD) a salué la méthode du gouvernement.

“On accueille très favorablement ces états généraux. Il faut que tout le monde se parle. Les sujets sont vastes et regroupent tous les acteurs”, a dit l’une de ses porte-parole à Reuters.

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a pour sa part appelé sur Twitter à “d’abord parler création et juste répartition de la valeur.”

Le monde agricole a subi plusieurs crises ces dernières années, provoquées par la chute des cours ou les épidémies de grippe aviaire dans le Sud-Ouest.

La Mutualité sociale agricole (MSA) craint que la part des exploitants affichant des revenus professionnels inférieurs à 350 euros par mois n’ait dépassé les 50% en 2016.

Clément Rouget, Sybille de la Hamaide et Simon Carraud, avec Dominique Vidalon, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below