July 10, 2017 / 5:23 AM / in a year

JO 2024: La candidature de Paris est "en marche", dit Bach

PARIS/LAUSANNE (Reuters) - Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a adressé lundi à Lausanne un signal positif, en forme de clin d’oeil à Emmanuel Macron, sur la candidature de Paris à l’organisation des JO d’été de 2024.

Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a adressé lundi à Lausanne un signal positif, en forme de clin d'oeil à Emmanuel Macron, sur la candidature de Paris à l'organisation des JO d'été de 2024. "La candidature de Paris pour 2024 est en marche", a-t-il déclaré à la presse, reprenant le nom en forme de slogan du mouvement qui a permis au chef de l'Etat français de remporter l'élection présidentielle de mai dernier, "En Marche !". /Photo prise le 19 juin 2017/REUTERS/Charles Platiau

“La candidature de Paris pour 2024 est en marche”, a-t-il déclaré à la presse, reprenant le nom en forme de slogan du mouvement qui a permis au chef de l’Etat français de remporter l’élection présidentielle de mai dernier, “En Marche !”.

Emmanuel Macron est arrivé en fin d’après-midi dans la cité suisse pour défendre la candidature de Paris. Il a visité avec Thomas Bach le Musée olympique et les délégations ont eu un premier entretien, avant un dîner.

Paris est en concurrence avec Los Angeles, seule autre ville en lice, dont la candidature sera aussi présentée à Lausanne, le vote final étant prévu le 13 septembre à Lima, au Pérou, où le chef de l’Etat français ira aussi.

“Ce serait une merveilleuse occasion de célébrer l’histoire olympique de la France, 100 ans après 1924”, la dernière fois que Paris a organisé les JO d’été, a déclaré Thomas Bach à l’issue de leur rencontre au Musée olympique.

“Mais il s’agit de sport et en sport il y a toujours des compétitions”, a-t-il ajouté. “Los Angeles et Paris sont des villes magnifiques avec une longue histoire olympique.”

La capitale française a accueilli les JO d’été deux fois, en 1900 et 1924, de même que Los Angeles (1932 et 1984). Et la capitale française était déjà en concurrence avec la ville américaine pour l’attribution des jeux de 1924.

Cette fois, le CIO pourrait décider de ne pas trancher et d’accorder à l’une les jeux de 2024 et à l’autre ceux de 2028. Une décision sur cette double attribution est attendue mardi. La seule incertitude porterait alors sur la date.

2024 PLUTÔT QUE 2028

“Au cours de notre processus d’évaluation, ces deux villes de classe mondiale ont démontré leur capacité à accueillir des Jeux olympiques exceptionnels”, a estimé mercredi dernier Patrick Baumann, président du comité d’évaluation du CIO.

Emmanuel Macron, accompagné par son épouse Brigitte, la maire de Paris Anne Hidalgo et Laura Flessel, ministre des Sports et quintuple médaillée olympique d’escrime, a souhaité une solution “gagnante-gagnante”. Mais les dirigeants français ne cachent pas leur préférence pour 2024.

“On est clairement sur un projet pensé pour 2024, on s’estime prêt pour 2024 et aujourd’hui notre seule perspective, c’est 2024”, déclare-t-on à l’Elysée.

“Nous croyons que le projet que nous portons est un projet fort, marqué par sa grande cohérence sur le plan sportif, sur le plan de son organisation, de son implantation, par une grande solidité en termes de sécurité et de sûreté”, a pour sa part déclaré lundi le chef de l’Etat français.

Il jouera mardi, lors de sa présentation de la candidature de Paris, de son image de jeune dirigeant dynamique, avocat du dialogue international et de la lutte contre le changement climatique. “Emmanuel Macron est un compétiteur, il fait ça pour gagner”, dit-on à l’Elysée. “Il faut se battre jusqu’au bout.”

Après trois candidatures infructueuses, les Français ont à l’esprit la visite de Tony Blair aux membres du CIO en 2005, qui a contribué à faire gagner Londres, notamment contre Paris, pour l’organisation des JO de 2012.

La délégation française tentera de démontrer l’enthousiasme de la France pour ce projet et de donner des assurances en matière financière et de sécurité.

Paris fait valoir que 95% des installations sont déjà construites et assure qu’il n’y aura aucune gabegie ou sujet d’inquiétude pour les contribuables.

Jean-Baptiste Vey et Karolos Grohmann, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below