July 9, 2017 / 11:02 AM / a year ago

Pécresse renonce à présider LR, crée son mouvement

PARIS (Reuters) - La présidente Les Républicains (LR) d’Ile-de-France, Valérie Pécresse, annonce dans le Journal du Dimanche qu’elle renonce à briguer la présidence du principal parti de droite et crée son propre mouvement pour tenter de peser sur son évolution.

La présidente Les Républicains (LR) d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, annonce dans le Journal du Dimanche qu'elle renonce à briguer la présidence du principal parti de droite et crée son propre mouvement pour tenter de peser sur son évolution. /Photo prise le 14 mai 2017/REUTERS/Benoit Tessier

“Je ne participerai pas à une guerre des chefs à l’automne parce qu’elle serait stérile tant que la question de la ligne (du parti) n’est pas tranchée”, déclare celle que son collègue des Hauts de France, Xavier Bertrand, poussait à se présenter.

Après avoir perdu l’élection présidentielle et les législatives de ce printemps et vu certains de ses élus rejoindre Emmanuel Macron et son gouvernement, LR se déchire et est menacé de morcellement.

Valérie Pécresse dénonce dans le JDD la ligne défendue par un autre président de région, Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes), qui résume selon elle la question sociale à la question identitaire et est tentée de se rapprocher de l’extrême-droite.

“Ce qui se dessine, c’est une ligne d’opposition brutale et très conservatrice” au président et au gouvernement, déplore-t-elle. “Quelles que soient ses failles (...) Emmanuel Macron sera toujours plus rassembleur qu’une droite recroquevillée sur sa frange conservatrice.”

Elle souhaite incarner une “droite authentique, ni soumise à Macron ni poreuse avec le Front national”.

“J’ai beaucoup consulté. Avec Xavier Bertrand, je partage l’intuition qu’il faut faire vivre cette ligne politique”, ajoute-t-elle. “J’ai décidé de créer un mouvement d’idées qui, à ce stade, se situe au sein des Républicains.”

Ce mouvement s’appellerait “Libre !” et son site “Soyonslibres.fr”, précise l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy. Selon elle, ce mouvement est “l’ultime tentative” de préserver l’unité de LR, qu’elle n’exclut pas de quitter si elle ne s’y sent plus chez elle.

“On ne peut pas abandonner le parti à la ligne ultraconservatrice”, fait-elle valoir. “Mon devoir est de mener le combat sur la ligne. Parce que si personne ne le fait, nous serons embarqués malgré nous dans une aventure qui ne sera pas la nôtre.”

Dans une autre interview accordée au JDD, le ministre du Budget, Gérald Darmanin, ex-jeune pousse de LR qui a rejoint Emmanuel Macron après la présidentielle, dénonce également la ligne défendue par Laurent Wauquiez et ses partisans.

“Je suis très malheureux de la situation de la famille politique à laquelle j’ai adhéré il y a 17 ans”, dit-il. “La ligne identitaire de Laurent Wauquiez est mortifère. S’il faut que quelqu’un le dise, je serai celui-là.”

Emmanuel Jarry, édité par Julie Carriat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below