19 juin 2017 / 04:38 / dans 6 mois

Une camionnette fonce sur des piétons devant une mosquée de Londres

LONDRES (Reuters) - Une camionnette a foncé sur des fidèles qui quittaient une mosquée du nord de Londres dans la nuit de dimanche à lundi, faisant onze blessés, dont deux graves, dans ce que la Première ministre britannique Theresa May a qualifié de potentielle attaque terroriste.

Une camionnette a foncé sur des fidèles qui quittaient une mosquée du nord de Londres dans la nuit de dimanche à lundi, faisant une dizaine de blessés, dont deux graves, et peut-être un mort, dans ce que la Première ministre britannique Theresa May a qualifié de potentielle attaque terroriste. /Photo prise le 19 juin 2017/REUTERS/Neil Hall

Selon le Conseil musulman de Grande-Bretagne, qui dénonce un acte délibéré d‘islamophobie, le véhicule a fauché des fidèles au moment où ils sortaient de la mosquée de Finsbury Park, l‘une des plus importantes du pays, à l‘issue d‘une prière après la rupture du jeûne en ce mois de ramadan.

S‘exprimant depuis sa résidence du 10 Downing Street, Theresa May a dénoncé lundi matin une attaque “écoeurante” commise contre des musulmans.

“Ce matin, notre pays s‘est réveillé en apprenant une nouvelle attaque dans les rues de notre capitale, la deuxième ce mois-ci, toute aussi écoeurante que les précédentes”, a déclaré la dirigeante britannique devant la presse.

“C‘est une attaque qui a une fois de plus visé des gens ordinaires et des innocents (...), cette fois des musulmans britanniques qui quittaient la mosquée après leurs prières”, a-t-elle ajouté.

La dirigeante britannique, à qui l‘on a reproché la lenteur de sa réaction après le dramatique incendie de la Grenfell Tower la semaine dernière, s‘est rendue à la mosquée en début d‘après-midi.

Le conducteur de la camionnette âgé de 47 ans, immobilisé et retenu par des habitants du quartier avant l‘arrivée des forces de l‘ordre, a été emmené à l‘hôpital pour une expertise psychiatrique, a déclaré la police.

Selon un témoin, il a dit aux personnes qui l‘immobilisaient avoir voulu tuer “beaucoup de musulmans”.

Son nom n‘a pas été rendu public mais selon des médias britanniques, il s‘agit d‘un père de quatre enfants vivant au Pays-de-Galles.

Ben Wallace, secrétaire d‘Etat chargé la sécurité au ministère de l‘Intérieur, a déclaré sur Sky News que les services de sécurité ne lui connaissaient pas d‘éventuelles sympathies d‘extrême droite. “Cet homme n‘était pas connu des autorités en ce qui concerne l‘extrémisme ou l‘extrême droite”, a-t-il dit.

L‘enquête a été confiée aux services britanniques du contre-terrorisme.

LE MAIRE DE LONDRES DÉNONCE UNE ATTAQUE

“CONTRE NOS VALEURS COMMUNES”

Un homme qui avait été victime d‘une crise cardiaque avant l‘incident a été déclaré mort mais la police a indiqué ne pas être en mesure de dire si son décès était lié à la collision.

Les services ambulanciers de Londres ont dit avoir transféré neuf personnes dans trois établissements différents, deux autres personnes ayant été traitées sur place pour des blessures mineures.

Sadiq Khan, le maire de Londres, a déploré une attaque commise contre “nos valeurs communes”.

“Comme lors des terribles attaques de Manchester, de Westminster et du London Bridge, il s‘agit d‘une attaque commise contre nos valeurs communes de tolérance, de liberté et de respect”, a-t-il dit dans un communiqué.

Le dirigeant de l‘opposition travailliste Jeremy Corbyn a de son côté dit être “complètement sous le choc”.

Dans un message diffusé sur Twitter, le président français Emmanuel Macron a écrit: “Pensées pour Londres et les victimes après cette nouvelle épreuve.”

“TUER PLUS DE MUSULMANS”

La police a dit avoir été contactée peu après minuit vingt heure locale (23h20 GMT) au sujet d‘une collision sur la Seven Sisters Road, qui traverse le quartier de Finsbury Park.

Présent sur les lieux, Abdulrahman Aidroos dit qu‘il était en train d‘aider l‘homme victime d‘une crise cardiaque lorsque la camionnette a foncé sur eux et avoir contribué à l‘immobilisation du conducteur. “Alors qu‘il courait, il criait ‘Je veux tuer plus de gens, je veux tuer plus de musulmans’”, a-t-il déclaré à la BBC.

La mosquée de Finsbury Park s‘est retrouvée sous le feu des projecteurs il y a une dizaine d‘années en raisons des prêches du religieux radical Abou Hamza el-Masri, arrêté en 2004 par la police britannique et condamné à la prison à vie aux Etats-Unis après avoir été reconnu coupable de liens avec des organisations terroristes.

L‘incident vient après une série d‘attaques survenues en Grande-Bretagne et au moment où débutent à Bruxelles les difficiles négociations en vue du divorce avec l‘Union européenne, déterminantes pour l‘avenir du Royaume-Uni.

Le 3 juin, huit personnes ont été tuées et 50 blessées à la suite d‘une attaque menée par trois islamistes à l‘aide d‘un véhicule bélier et de couteaux sur des piétons sur le London Bridge puis dans le marché couvert de Borough Market.

Le 22 mai, un attentat a fait 22 morts, dont des enfants et des adolescents, à la sortie d‘un concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester.

Le 22 mars, un homme a foncé sur des piétons sur le Westminster Bridge et a poignardé à mort un policier avant d‘être tué. Son attaque a fait cinq morts.

avec Alistair Smout, Will James et Dylan Martinez à Londres; Benoît Van Overstraeten, Nicolas Delame, Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below