June 13, 2017 / 6:48 PM / a year ago

May assure que les négociations débuteront la semaine prochaine

PARIS (Reuters) - La Première ministre britannique, Theresa May, a assuré mardi, à l’issue d’un dîner avec le président français Emmanuel Macron, que les négociations sur la sortie de son pays de l’Union européenne commenceraient comme prévu la semaine prochaine.

La Première ministre britannique, Theresa May, a assuré mardi, à l'issue d'un dîner avec le président français Emmanuel Macron, que les négociations sur la sortie de son pays de l'Union européenne commenceraient comme prévu la semaine prochaine. /Photo prise le 13 juin 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

Les négociations sur le Brexit doivent officiellement débuter le 19 juin, mais le revers subi par Theresa May lors des élections générales de la semaine dernière a fait craindre ces derniers jours à des dirigeants européens un report du début des discussions.

Le calendrier convenu “n’a pas changé” et les négociations “commenceront la semaine prochaine”, a souligné Theresa May lors d’une déclaration conjointe avec le président français, à l’Elysée.

“Nous trouverons un accord qui soit à la fois dans l’intérêt du Royaume-Uni mais également des 27 pays qui resteront dans l’Union européenne”, a-t-elle ajouté.

Emmanuel Macron a quant à lui souhaité “que la négociation sur la sortie de l’Union, puis sur les relations futures avec le Royaume-Uni démarre le plus rapidement possible”.

Interrogé sur les propos tenus par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, pour qui les Britanniques peuvent encore changer d’avis, le chef de l’Etat français a indiqué que la porte était “évidemment toujours ouverte” tant que la négociation du Brexit n’était pas “achevée”.

“Mais la décision a été prise par le peuple souverain britannique de sortir de l’Union européenne, moi je respecte la souveraineté des peuples”, a-t-il souligné.

“En l’espèce il ne m’appartient pas de savoir s’il faut revenir ou pas sur cette décision”, a-t-il ajouté. “Du point de vue des pays membres de l’Union européenne, tant que la décision de cette sortie n’est pas achevée, il y a toujours la possibilité de la rouvrir.”

“Mais il faut être clairs, organisés et une fois qu’elle a commencé il faut être collectivement conscient qu’il est beaucoup plus difficile de revenir en arrière”, a encore dit Emmanuel Macron.

Lors d’une visite à Londres en février dernier, alors qu’il était candidat, Emmanuel Macron avait prôné une attitude ferme dans les négociations sur le Brexit, déclarant devant Theresa May qu’une “sortie (était) une sortie”.

Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below