June 2, 2017 / 6:33 PM / 2 years ago

Edouard Philippe en appui du porte-parole de son gouvernement

MANOSQUE, Alpes-de-Haute-Provence (Reuters) - Le Premier ministre Edouard Philippe a apporté vendredi son “soutien politique” au porte-parole de son gouvernement, Christophe Castaner, qui, dans la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, pourrait se retrouver en ballottage délicat face à la poussée des extrêmes.

Le Premier ministre Edouard Philippe (photo) a apporté vendredi son "soutien politique" au porte-parole de son gouvernement, Christophe Castaner, qui, dans la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, pourrait se retrouver en ballottage délicat face à la poussée des extrêmes. /Photo prise le 31 mai 2017/REUTERS/Charles Platiau

“Il est légitime que le Premier ministre vienne soutenir celui qui s’engage pour donner une majorité stable et puissante au président de la République”, a dit à la presse Edouard Philippe en marge d’une visite à Manosque.

“C’est un déplacement de soutien politique”, a-t-il insisté.

En cas de défaite au scrutin des 11 et 18 juin, Christophe Castaner, qui vient des rangs du Parti socialiste, perdrait son poste au gouvernement selon la règle édictée par le président Emmanuel Macron.

“On s’interroge sur cette règle, mais il est légitime de l’assumer lorsqu’on est aux responsabilités”, a déclaré le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement.

“J’assume cette campagne électorale dans une circonscription difficile. Le courage en politique est toujours une vertu, même si on peut choisir comme certains le nomadisme électoral”, a-t-il ajouté.

Le député sortant s’attend à une campagne difficile au regard des résultats obtenus lors de la présidentielle par le Front national et la France insoumise.

Au premier tour, Marine Le Pen (24,53%) et Jean-Luc Mélenchon (22,51%) avaient devancé le chef de file d’En marche (20,02%) sur le département mais aussi sur la circonscription, où le leader de la France insoumise a recueilli 22,9% des suffrages et la présidente du Front national 22,8%.

Le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement mise pleinement sur “l’effet gouvernement”, arguant que sa nomination parisienne est une chance pour le territoire alpin.

En 2012, Christophe Castaner s’était imposé en duel face à une droite qui part cette fois divisée par des conflits de personnes, ce qui ne devrait permettre à aucun élu de la droite classique de franchir le premier tour.

Un scénario délicat pour le député-maire de Forcalquier qui risque de se retrouver, du fait de l’absence de candidat socialiste,  propulsé dans une triangulaire avec le Front national et la France insoumise au résultat incertain.

“Je sais par expérience qu’aucun combat politique n’est jamais gagné d’avance”, a souligné le Premier ministre.

“Ce qui se joue ici, comme dans toutes les circonscriptions de France, est important. Il s’agit de savoir si les Français et les Françaises vont donner une majorité au gouvernement et permettre au président de la République de poursuivre le chemin sur lequel il s’est engagé”.

Une douzaine de candidats sont en lice dans cette deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, qui s’étend entre Durance et Ubaye et regroupe les principales villes du département comme Manosque, Forcalquier, Sisteron et Barcelonnette.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below