May 23, 2017 / 5:54 PM / a year ago

Le CSA veut pouvoir traiter les plaintes plus rapidement

PARIS (Reuters) - Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui a reçu plus de 25.000 plaintes après la diffusion d’un canular jugé homophobe dans l’émission “Touche pas à mon poste” le 18 mai dernier, a appelé mardi à changer le cadre juridique pour accélérer le traitement des dossiers.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui a reçu plus de 25.000 plaintes après la diffusion d'un canular jugé homophobe dans l'émission "Touche pas à mon poste" le 18 mai dernier, a appelé mardi à changer le cadre juridique pour accélérer le traitement des dossiers. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

L’autorité de régulation a par ailleurs fait savoir qu’elle avait ouvert une nouvelle procédure contre l’émission de C8, présentée par Cyril Hanouna, qui doit être instruite par un rapporteur indépendant.

“Il apparaît nécessaire de faire évoluer le cadre juridique de la procédure afin de la rendre plus efficace et plus conforme aux impératifs de nos missions”, estime le CSA dans un communiqué.

L’organisme avait déjà ouvert deux procédures distinctes contre “Touche pas à mon poste” pour “méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire”.

Ces précédentes procédures, qui concernent des passages diffusés le 3 novembre et le 7 décembre 2016, n’ont pas encore abouti.

Le CSA “déplore aujourd’hui qu’on lui impute le délai de la procédure dont seul le rapporteur, en application de la loi, a la maîtrise”.

Le rapporteur a transmis mardi au CSA ses conclusions concernant ces deux dossiers et doit bientôt organiser les auditions des représentants de la chaîne.

De nouvelles plaintes ont afflué à partir du 18 mai, lorsque l’animateur Cyril Hanouna a piégé à l’antenne des hommes qui répondaient à une fausse annonce publiée sur le site Vivastreet.

Devant la polémique grandissante, plusieurs annonceurs, comme Disneyland, Bosch ou PSA, ont annoncé qu’ils ne souhaitaient plus voir leurs publicités diffusées durant l’émission.

Le présentateur a présenté ses excuses dans une lettre publiée mardi par le site de Libération.

“Ce qui se passe depuis quelques jours autour de ce sketch me fait prendre conscience qu’aujourd’hui, en 2017, (...) en France, des homosexuels souffrent encore trop du rejet. Ce sketch est allé trop loin”, écrit-il.

Caroline Pailliez, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below