May 9, 2017 / 5:05 PM / a year ago

Le PS présentera des candidats dans plus de 400 circonscriptions

PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste présentera des candidats aux élections législatives dans plus de 400 circonscriptions, a annoncé son premier secrétaire mardi, au surlendemain de l’élection d’Emmanuel Macron qui bouleverse le paysage politique français.

Le Parti socialiste présentera des candidats dans plus de 400 circonscriptions pour les élections législatives des 11 et 18 juin, a annoncé mardi son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis (photo). /Photo prise le 24 avril 2017/REUTERS/Vincent Kessler

Jean-Christophe Cambadélis a ajouté que le PS était prêt à discuter d’une candidature commune avec La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et la République en marche, le mouvement du président élu, dans les circonscriptions où le Front national a fait plus de 60% au second tour de l’élection présidentielle.

“C’est une belle journée pour les socialistes (...) nous avons réussi à trouver un chemin commun, même s’il y a toujours des interrogations”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse après une réunion des candidats socialistes et l’adoption d’une plate-forme programmatique pour les scrutins des 11 et 18 juin.

Les circonscriptions dans lesquelles le PS ne présentera pas de candidat sont celles réservées à ses alliés, notamment le Parti radical de gauche et les écologistes, et celles où un accord est envisagé pour une candidature commune face au FN.

Jean-Christophe Cambadélis a, sur ce dernier point, cité les départements du Pas-de-Calais, du Nord et de la Moselle.

“L’idée est assez simple : le Parti socialiste dans cette campagne législatives sera la gauche constructive et vigilante”, a-t-il expliqué. “Le Parti socialiste sera dans une autonomie constructive, il veut un dialogue, une ouverture, une gauche sans frontière qui soit capable de rassembler les énergies”.

UN SOCIALISTE POURRAIT AFFRONTER VALLS

Interrogé sur le cas Manuel Valls, qui souhaite être candidat de la majorité présidentielle, Jean-Christophe Cambadélis a précisé que si l’ancien Premier ministre socialiste obtenait l’investiture du mouvement d’Emmanuel Macron, le PS présenterait un candidat face à lui.

Les investitures de la République en marche seront annoncées jeudi. “Nous verrons ce qui est proposé et nous en tirerons les conséquences”, a dit Jean-Christophe Cambadélis.

Cette position est également valable pour la “poignée” de socialistes tentés de rejoindre La France insoumise, a-t-il détaillé. “Ça ne dépasse pas, dans les deux cas, 10 personnes.”

L’annonce, mardi matin, du ralliement de Manuel Valls à la majorité présidentielle fragilise un PS laminé par la défaite à la présidentielle sans susciter d’enthousiasme dans le mouvement d’Emmanuel Macron.

Arrivé cinquième du premier tour de la présidentielle, avec 6,3%, Benoît Hamon n’a pas exclu de présenter ses propres propositions en parallèle à celles arrêtées mardi par le bureau national du PS, a fait savoir l’entourage de l’ancien candidat.

“Si c’était une volonté de différenciation dans la campagne des législatives, ça poserait un problème”, a dit Jean-Christophe Cambadélis. “Nous nous sommes mis d’accord, il faut respecter cet accord.”

IMPOSSIBLE DE RÉPÉTER LE PROGRAMME DE HAMON

“Benoît Hamon voulait être plus précis sur un certain nombre de choses, c’est évident. Il voulait que les marqueurs de sa campagne présidentielle soient très présents dans la plate-forme”, a poursuivi le premier secrétaire.

Mais, a-t-il ajouté, “on ne pouvait pas remettre tous les marqueurs parce que sinon ça voulait dire : ‘écoutez, vous avez tranché à la présidentielle, aux législatives c’est la même chose’. Non, il faut être plus large”.

Estimant que “rien n’est fait”, le patron du PS a refusé de répondre à ceux qui prédisent une lourde défaite en juin, réduisant les députés socialistes à quelques dizaines, contre 288 aujourd’hui.

Quant à la position générale des socialistes vis-à-vis du vainqueur de la présidentielle, “nous ne voulons pas l’échec d’Emmanuel Macron parce que nous ne voulons pas l’échec de la France”, a dit Jean-Christophe Cambadélis.

Mais la plate-forme adoptée refuse explicitement par exemple la réforme du droit du travail par ordonnance qu’il propose.

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, avait auparavant demandé aux candidats socialistes de faire réussir le quinquennat d’Emmanuel Macron en y apportant une contribution constructive.

Jean-Baptiste Vey, édité par Elizabeth Pineau

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below