May 7, 2017 / 1:12 PM / 2 years ago

Libération du Français enlevé il y a six semaines au Tchad

KHARTOUM (Reuters) - Thierry Frezier, un ressortissant français enlevé le 23 mars dans l’est du Tchad puis emmené au Soudan par ses ravisseurs, a été libéré et remis dimanche aux autorités françaises à Khartoum.

Thierry Frezier, un ressortissant français enlevé le 23 mars dans l'est du Tchad puis emmené au Soudan par ses ravisseurs, a été libéré et remis dimanche aux autorités françaises à Khartoum. /Photo prise le 7 mai 2017/REUTERS/Mohamed Nureldin Abdallah

D’après les services de sécurité soudanais, cet employé d’une société minière française dont l’identité n’avait jamais été divulguée jusque là, a été libéré au cours d’une opération commune menée par la France, le Soudan et le Tchad.

Arrivé dimanche matin à Khartoum, il a été remis à des représentants de l’ambassade de France. Dans une brève déclaration devant la presse, il a dit avoir été “bien traité” par ses ravisseurs. “Je n’ai pas à me plaindre, dans mon malheur, j’ai eu un peu de bonheur”, a-t-il dit en souriant.

Thierry Frezier avait été enlevé dans une région reculée du Tchad, au sud d’Abéché, à 150 km de la frontière soudanaise. Ses ravisseurs exigeaient le versement d’une rançon d’un montant non communiqué.

Mohamed Tabiedy, porte-parole des services soudanais de sécurité et du renseignement, a précisé à des journalistes que l’otage français avait été libéré dans une mission menée en coordination avec le renseignement français et tchadien.

Cinq de ses ravisseurs ont été arrêtés et seront jugés, a-t-il ajouté. Personne n’a été blessé au cours de l’opération.

D’après un responsable du ministère soudanais des Affaires étrangères, aucune rançon n’a été versée.

A Paris, François Hollande a confirmé sa libération sans fournir de précision sur les circonstances.

Le chef de l’Etat “a appris avec grande satisfaction la libération de notre compatriote qui avait été enlevé dans l’est du Tchad le 23 mars puis emmené par ses ravisseurs au Soudan”, peut-on lire dans un communiqué diffusé par l’Elysée.

“Il félicite l’ensemble des acteurs qui se sont impliqués pour donner une heureuse issue à cet enlèvement”, ajoute la présidence.

Le Soudan s’employait depuis des semaines, de concert avec le Tchad et la France, à obtenir la libération de cet ancien militaire reconverti dans le civil, âgé d’une soixantaine d’années.

Selon les services de sécurité tchadiens, il avait été emmené dans la région soudanaise du Darfour peu après son kidnapping.

Un millier de soldats français sont stationnés au Tchad où se trouve le quartier général de l’opération Barkhane.

Mohamed Nureldin Abdallah et Ali Mirghani avec Lin Noueihed au Caire et Jean-Baptiste Vey à Paris; édité par Eric Faye, Marine Pennetier et Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below