March 7, 2017 / 7:56 AM / in 2 years

Luc Chatel évoque une reprise des discussions LR-UDI

PARIS (Reuters) - Le parti Les Républicains (LR) va reprendre contact avec l’Union des démocrates et indépendants (UDI), qui a retiré son soutien à François Fillon en vue de la présidentielle, a annoncé mardi le président du conseil national des Républicains, Luc Chatel.

Le parti Les Républicains (LR) va reprendre contact avec l'Union des démocrates et indépendants (UDI), qui a retiré son soutien à François Fillon en vue de la présidentielle, a annoncé mardi le président du conseil national des Républicains, Luc Chatel. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

“Les discussions vont reprendre à partir d’aujourd’hui” pour parvenir à un accord global sur la présidentielle et les élections législatives, a déclaré Luc Chatel sur RTL.

Cela s’inscrit dans le cadre des initiatives envisagées par François Fillon pour oeuvrer au rassemblement de la droite et du centre, a-t-il dit.

Affaibli par l’affaire des emplois présumés fictifs dont auraient bénéficié des membres de sa famille, et confronté à une contestation croissante au sein de son propre camp, le député de Paris a confirmé lundi sa candidature devant le comité politique de LR - qui lui a renouvelé sa confiance à l’unanimité - et annoncé qu’il prendrait des initiatives pour oeuvrer au rassemblement de la droite et du centre.

“L’une de ces initiatives, c’est de renouer avec nos amis centristes”, a précisé Luc Chatel.

Jugeant que François Fillon n’était “plus en situation de défendre le projet” de la droite et du centre pour l’élection présidentielle, l’UDI lui a retiré son soutien vendredi dernier.

“Il y avait un accord sur les législatives qui était pratiquement bouclé, nous souhaitons qu’il puisse aboutir, donc les discussions vont reprendre”, a ajouté Luc Chatel.

“Il y aura un seul bulletin de vote représentant la droite et le centre le 23 avril prochain dans les bureaux de vote, ce sera le nom de François Fillon, c’est clair”, a-t-il assuré.

Mais ce constat n’est pas partagé par le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, qui a déploré lundi soir sur RTL “l’obstination de François Fillon à être candidat malgré son incapacité aujourd’hui à la fois à rassembler et à gagner l’élection présidentielle.”

“CANDIDATURE DE TÉMOIGNAGE”

“Aujourd’hui, moi je fais simplement le constat que François Fillon ne parvient à rassembler ni les centristes, ni les juppéistes, ni les lemairistes, ni les sarkozystes (...) Bref il ne rassemble que les fillonistes”, a-t-il indiqué.

Alors qu’Alain Juppé, qui constituait pour une partie des centristes un espoir de “plan B”, a définitivement écarté cette éventualité lundi, l’UDI apparaît désormais divisée.

Selon Jean-Christophe Lagarde, parmi les cadres du parti, “quelques-uns iront à Canossa derrière François Fillon mais c’est marginal, pour le reste une partie partira chez Emmanuel Macron, ça se ressent et les autres considéreront que cette campagne présidentielle perdue, cette candidature de témoignage, n’a plus d’intérêt”.

Un bureau politique du parti centriste était prévu dans la soirée de mardi.

Le président du parti centriste place désormais ses espoirs dans les législatives, estimant que c’est lors de ce scrutin “qu’on pourra reconstruire les ruines de ce que nous aura laissé cette candidature”. L’UDI bénéficierait de 70 circonscriptions gagnables selon les termes de l’accord qui reste à finaliser.

Myriam Rivet, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below