February 24, 2017 / 9:01 AM / 2 years ago

Hamon accepte l'offre de dialogue de Mélenchon

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a répondu vendredi favorablement à l’offre de discussions de Jean-Luc Mélenchon, tout en soulignant qu’il était “le plus en situation” d’incarner une candidature commune à gauche.

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a répondu vendredi favorablement à l'offre de discussions de Jean-Luc Mélenchon, tout en soulignant qu'il était "le plus en situation" d'incarner une candidature commune à gauche. /Photo prise le 23 février 2017/REUTERS/Pascal Rossignol

Le candidat de La France insoumise s’est dit jeudi soir, sur France 2, “ouvert à la discussion”.. Les relations entre les deux hommes sont heurtées et une tentative de dialogue le week-end dernier a vite tourné court.

“Je lui dis que j’accepte volontiers sa proposition, que je lui propose même que nous ayons une discussion à quelques-uns, dont Yannick Jadot, pour voir dans quelles conditions la gauche peut se rassembler”, a déclaré Benoît Hamon sur France 2.

L’écologiste Yannick Jadot a annoncé jeudi soir qu’il renonçait à sa candidature à l’élection présidentielle au profit d’une alliance avec Benoît Hamon.

“Si Jean-Luc Mélenchon le souhaite et veut y associer également les communistes, ce sera avec plaisir”, a précisé l’ancien ministre de l’Education.

“Dimanche ou lundi, ce c’était pas prévu comme cela, mais je m’organiserai pour que ce le soit”, a-t-il ajouté à propos du calendrier suggéré par Jean-Luc Mélenchon.

Aucune date n’était encore fixée vendredi après-midi pour cette rencontre, selon les entourages des deux hommes.

A l’évocation d’une candidature commune, Benoît Hamon a dit considérer “être aujourd’hui en situation de pouvoir l’incarner, car je peux parler à toutes les composantes de la gauche”.

“Moi ma candidature, elle dépasse les appareils, c’est ma liberté qui a fait que j’ai été choisi par les électeurs de la primaire. Cette liberté-là, j’entends l’exercer jusqu’au bout”, a-t-il souligné.

Après un déjeuner avec le dirigeant communiste Pierre Laurent, Jean-Luc Mélenchon a lui laissé peu d’espoir sur une possibilité d’accord avec le candidat PS, actuellement crédité de quelques points de plus que lui dans les sondages d’opinion.

“Le premier qui a dit qu’il maintiendrait sa candidature jusqu’au bout, c’est Benoît Hamon, sondages ou pas. Et je le comprends, je respecte ça : les socialistes ont bien le droit d’avoir leur candidat”, a-t-il dit devant la presse.

“Nous, au niveau sondages on est au même point que 2012”, a-t-il ajouté. “C’est eux qui ont perdu la moitié de leurs suffrages. Donc c’est normal qu’ils essaient de se trouver une solution. Mais il ne faut pas compter sur nous pour aller faire l’appoint d’une force politique qui a du mal à remonter sur le cheval.”

Sophie Louet et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below