February 23, 2017 / 6:04 PM / a year ago

Fillon révise le cadrage financier de son programme

PARIS (Reuters) - L’équipe de François Fillon, malgré de nets correctifs, s’attend toujours à un déficit public supérieur à 3% du PIB en 2017 et promet de repasser sous ce seuil en 2019, annoncent jeudi Gilles Carrez et Charles de Courson.

L'équipe de François Fillon, malgré de nets correctifs, s'attend toujours à un déficit public supérieur à 3% du PIB en 2017 et promet de repasser sous ce seuil en 2019, annoncent jeudi Gilles Carrez et Charles de Courson. /Photo prise le 17 février 2017/REUTERS/Philippe Huguen

L’exécutif socialiste défend pour sa part une prévision de déficit de 2,7% pour l’année en cours.

Le président LR de la Commission des Finances et le député UDI de la Marne ont mis à jour le cadrage financier du programme du candidat de la droite et du centre à la présidentielle, qui avait déjà revu sa copie en janvier dernier, à l’occasion d’un déplacement à Berlin.

En septembre 2016, avant sa victoire à la primaire, François Fillon avait suscité l’inquiétude à Berlin en prenant de larges libertés avec le traité de Maastricht : il se fondait notamment sur un déficit de 4,7% en 2017, de 4,5% en 2018. Le déficit était prévu à 3,5% en 2019 puis 2,3% en 2020 pour un retour à l’équilibre en 2022.

L’ancien Premier ministre a opéré un revirement en janvier en présentant une nouvelle trajectoire “compatible avec les objectifs allemands” : un déficit de 3,5% à 3,6% en 2017, “aussi proche que possible de 3% en 2018”.

Aujourd’hui, le candidat pense hériter “d’un déficit d’au moins 3,4%” cette année, précisent Gilles Carrez et Charles de Courson dans un communiqué.

“Partant d’un solde de 3,7% fin 2017 dû à la mise en œuvre des premières grandes mesures du programme”, il compte entamer “la réduction du déficit dès 2018 en repassant sous le seuil des 3% en 2019 malgré la situation très dégradée laissée par l’actuel gouvernement”, écrivent-ils.

“Au terme du quinquennat, le niveau des dépenses publiques, qui s’élevait à 57% du PIB en 2015, repassera sous le seuil de 50%. Cet indicateur sera suivi tout au long de la mandature”, ajoutent-ils.

Selon un graphique adjoint au communiqué, le déficit s’établirait à 3,5% du PIB en 2018, 2,9% en 2019, 1,9% en 2020, 0,9% en 2021, 0% en 2022.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below