January 27, 2017 / 12:26 PM / in a year

Des proches de Valls préparent une fronde anti-Hamon

par Emmanuel Jarry

Des députés socialistes proches de Manuel Valls préparent une fronde contre Benoît Hamon dès la semaine prochaine si ce dernier remporte dimanche la primaire de la gauche, ce qui pourrait faire le jeu d'Emmanuel Macron. Le député de Gironde Gilles Savary, un des chefs de file des réformateurs du PS, fait circuler un texte dont les signataires disent en substance ne pas être en mesure de faire campagne sur les propositions de l'ancien ministre de l'Education. /Photo prise le 26 janvier 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Des députés socialistes proches de Manuel Valls préparent une fronde contre Benoît Hamon dès la semaine prochaine si ce dernier remporte dimanche la primaire de la gauche, ce qui pourrait faire le jeu d’Emmanuel Macron.

Le député de Gironde Gilles Savary, un des chefs de file des réformateurs du PS, fait circuler un texte dont les signataires disent en substance ne pas être en mesure de faire campagne sur les propositions de l’ancien ministre de l’Education.

“Nous sommes en train de préparer un texte soutenant le réformisme”, a-t-il déclaré vendredi à Reuters. “Nous disons que ça sera très difficile de faire campagne pour expliquer qu’on va retirer le CICE et la loi travail, légaliser le cannabis.”

“On a soutenu la politique gouvernementale. Faire une campagne en expliquant qu’on ne la soutient plus est quelque chose d’insoutenable et d’intenable devant les électeurs.”

L’ancien Premier ministre Manuel Valls, donné perdant dans les sondages, est intervenu vendredi dans le même sens en expliquant qu’il ne pourrait “pas défendre” le programme de son concurrent, représentant de l’aile gauche du PS. [nL5N1FH26S]

Selon Gilles Savary, auteur de la première version du texte, celui-ci sera finalisé mardi lors d’une réunion du pôle des réformateurs du PS convoqué à 10h00 et publié dans la foulée, s’il est approuvé, dans un grand quotidien.

L’élu de Gironde estime à ce stade qu’une trentaine de députés socialistes pourraient le signer.

Gilles Savary et ses amis réformateurs dénoncent un “détournement de primaire” qui aboutirait, si Benoît Hamon l’emporte dimanche, à un changement complet de ligne en faveur d’un tout autre modèle de société, sans que cela ait pu être arbitré et débattu au sein du Parti.

De là à appeler à soutenir l’ex-ministre de l’Economie Emmanuel Macron, aujourd’hui en pleine ascension dans les sondages, il y a un pas qu’ils ne sont pas encore tous prêts à franchir collectivement.

Mais l’hypothèse n’est pas écartée a priori et sera vraisemblablement au coeur de la réunion de mardi.

HIBERNATION OU RALLIEMENT

“Pour le moment, ce n’est pas arbitré. Il y a des tentations, il y a des prises de contact individuelles, il n’y a pas encore de prise de contact collective”, explique Gilles Savary, qui fait aussi état de “prises de contact discrètes” avec des proches de François Hollande, dont le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, et avec Emmanuel Macron.

“Aucun hypothèse n’est à écarter mais l’hypothèse d’un soutien à Macron n’est pas la seule, parce que nous pensons que l’aventure n’est pas complètement finie”, a-t-il dit en disant vouloir croire à une croire à une victoire de Manuel Valls.

Il estime aussi que si Benoît Hamon remporte la primaire, comme c’est le plus probable, mais “se traîne dans les sondages à un niveau considéré comme mortel pour le PS, le PS pourrait soutenir un autre candidat, venu de l’extérieur”.

“Il y a trois hypothèses”, résume-t-il : “Il y a beaucoup de collègues qui vont entrer en hibernation, il y a ceux qui vont aller chez Macron, et puis il peut y avoir un scénario où les cartes sont rebattues si les choses se passent très mal.”

Pour Gilles Savary, l’objectif de Benoît Hamon est avant tout de mettre la main sur l’appareil du PS, ce qu’il pourrait commencer à faire dès la semaine prochaine s’il est désigné.

Mais “si jamais on fait l’erreur de laisser passer François Fillon et (la présidente du Front national) Marine le Pen au second tour de la présidentielle, le PS le paiera très longtemps, y compris au sein de ses militants.”

“Connaissant Benoît Hamon, je pense qu’il jouera la carte du PS au maximum mais que si ça patine trop, il ne sera pas un obstacle à un ralliement à Macron, qui sera présenté comme le moyen de faire barrage à Marine Le Pen”, ajoute-t-il.

Avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below