January 25, 2017 / 9:52 AM / a year ago

Hamon dénonce le "poison" de Valls sur la laïcité

PARIS (Reuters) - Benoît Hamon a accusé mercredi Manuel Valls, son adversaire pour le second tour de la primaire de “La Belle alliance populaire”, de distiller “un poison” sur son communautarisme présumé qui compromettra le rassemblement pour la présidentielle.

Benoît Hamon a accusé mercredi Manuel Valls, son adversaire pour le second tour de la primaire de "La Belle alliance populaire", de distiller "un poison" sur son communautarisme présumé qui compromettra le rassemblement pour la présidentielle. /Photo prise le 22 janvier 2017/REUTERS/Jacky Naegelen

Les deux hommes s’affrontent mercredi soir lors d’un débat télévisé avant le second tour, dimanche.

“Nous aurons cette explication, ce débat: quelle est la conception de chacun de la laïcité”?, a déclaré Manuel Valls sur France Inter. “Ce n’est pas une question de ton, ce n’est pas une question de violence, c’est une question de clarification”, a-t-il souligné.

Auparavant, Benoît Hamon, en tête à l’issue du premier tour de la primaire, avait déploré sur France 2 les “oukazes” et “anathèmes” lancés à son encontre par des proches de l’ancien Premier ministre.

Ainsi le député socialiste de l’Essonne, Malek Boutih, qui a déclaré à 20 Minutes que Benoît Hamon était “en résonance avec une frange islamo-gauchiste”. Il ajoute dans Paris Match que le député PS des Yvelines est “le candidat des Indigènes de la République”, mouvement accusé de promouvoir le communautarisme.

“On distille un poison. En politique, surtout quand on est dans un exercice comme celui-là, la primaire, qu’on doit se rassembler demain pour faire face cette fois-ci à François Fillon et à Marine Le Pen, ce n’est pas une attitude très responsable”, a réagi Benoît Hamon.

“Ce n’est fondé sur rien de mes actes, de mes déclarations. L’élu de Trappes est forcément ambigu avec le communautarisme”, a-t-il ajouté. “Voir que les tweets de M. (Florian) Philippot, du site Français de souche me concernant, puissent faire écho aux remarques d’un certain nombre de ceux qui ne sont pas d’accord avec moi sur la primaire, ça me désole.”

Manuel Valls n’a pas foncièrement démenti ses proches et exigé “une clarification”, évoquant notamment la réaction mesurée de Benoît Hamon à un reportage de France 2, diffusé en décembre dernier, sur des lieux publics, dont des cafés, interdits aux femmes en France.

“Malek Boutih a raison de pointer les ambiguïtés, ce qui se passe dans un certain nombre de quartiers, la radicalisation, contre laquelle certains n’ont pas pris suffisamment conscience”, a-t-il dit.

“Sur ce terrain-là, je n’ai de leçon à recevoir de personne”, a répliqué Benoît Hamon.

Prié de dire s’il ne compromettait pas le rassemblement des deux camps, qu’il présentait comme deux “gauches irréconciliables”, au lendemain de la primaire, Manuel Valls a répondu : “ Il y a toujours eu des débats à gauche, et parfois bien plus difficiles entre Jean-Pierre Chevènement et Michel Rocard, entre Jean-Pierre Chevènement et Jacques Delors. Est-ce que ça les a empêchés de gagner ensemble et de gouverner ensemble?”

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below