January 24, 2017 / 3:18 PM / 3 years ago

Soutien implicite de Cazeneuve à Valls

PARIS (Reuters) - Bernard Cazeneuve a apporté mardi un soutien implicite à Manuel Valls pour le second tour de la primaire de la gauche en appelant à défendre l’action du gouvernement menée ces dernières années “dans un contexte extrêmement difficile”.

Bernard Cazeneuve a apporté mardi un soutien implicite à Manuel Valls pour le second tour de la primaire de la gauche en appelant à défendre l'action du gouvernement menée ces dernières années "dans un contexte extrêmement difficile". /Photo prise le 18 janvier 2017/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Plutôt en retrait jusqu’ici, le Premier ministre s’est impliqué dans la campagne pour le second tour qui opposera dimanche son prédécesseur à Matignon au “frondeur” Benoît Hamon.

“On ne peut pas gagner l’élection présidentielle si on n’est pas ardemment dans la défense de l’action qui a été conduite par ce gouvernement dans un contexte extrêmement difficile au cours de ces dernières années”, a déclaré Bernard Cazeneuve à la presse dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Sans nommer personne, le chef de la majorité s’est ainsi éloigné du projet de Benoît Hamon, en rupture avec la ligne social-démocrate de la politique menée depuis cinq ans en France.

“Il faut que nous soyons, si nous voulons gagner l’élection présidentielle, dans la fierté de ce bilan, la fierté de ce que nous avons fait car nous n’avons aucune chance de pouvoir projeter une espérance pour demain si nous ne sommes pas dans la revendication de ce que nous avons fait”, a insisté Bernard Cazeneuve.

Lors du premier débat télévisé précédant le premier tour de la primaire, qui opposait sept candidats, Manuel Valls avait été le seul à dire sa “fierté” du travail accompli sous l’autorité de François Hollande.

A cinq jours du second tour, les deux finalistes ont échangé à distance mardi des piques illustrant des visions économiques et sociales antagonistes.

Selon le Parti socialiste, seulement 1,6 million d’électeurs se sont déplacés dimanche dernier, contre 2,7 millions lors de la primaire de la gauche en 2011 et 4,3 millions lors du scrutin interne de la droite, en novembre dernier.

Bernard Cazeneuve a appelé les électeurs à se déplacer massivement dimanche prochain “de manière à ce que ce grand moment démocratique soit un moment qui permette à notre sensibilité progressiste d’avoir de la force pour gagner ces élections face une droite et une extrême droite dont on connaît parfaitement aujourd’hui les projets”.

Manuel Valls a réuni mardi après-midi dans une salle de l’Assemblée nationale des députés, des sénateurs et des secrétaires nationaux du PS lui ayant apporté leur soutien.

Entre 150 et 200 personnes ont assisté à cette réunion, selon le député Hugues Fourage, porte-parole du groupe PS au Palais-Bourbon.

“Le mot d’ordre est : clarification sur le programme et mobilisation de chacun de nous”, a-t-il dit à Reuters, rapportant les propos de l’ancien Premier ministre.

“Le débat de demain sera décisif mais l’explication du projet et la mobilisation de chacun sont essentiels”, a-t-il ajouté.

Si environ la moitié du gouvernement s’est prononcé en faveur de Manuel Valls avant le premier tour de la primaire, les ministres ont été peu nombreux à s’exprimer depuis dimanche.

Arrivé deuxième derrière Benoît Hamon, l’ancien Premier ministre se trouve en position d’outsider.

Les deux hommes doivent se retrouver mercredi soir pour un ultime débat télévisé qui s’annonce très clivant.

Emile Picy et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below