January 19, 2017 / 2:30 PM / a year ago

Maréchal-Le Pen plébiscitée par les sympathisants FN

PARIS (Reuters) - Une majorité de sympathisants du Front national préfère Marion Maréchal-Le Pen à Florian Philippot dans le débat feutré sur la ligne politique qui oppose les deux dirigeants du parti d’extrême droite, selon un sondage publié jeudi.

Une majorité de sympathisants du Front national préfère Marion Maréchal-Le Pen à Florian Philippot dans le débat feutré sur la ligne politique qui oppose les deux dirigeants du parti d'extrême droite, selon un sondage publié jeudi. /Photo prise le 4 janvier 2017/REUTERS/Charles Platiau

D’après cette enquête de l’Ifop pour Le Figaro, 52% des sympathisants disent se sentir plus proches des idées et des valeurs défendues par la députée du Vaucluse, libérale en économie et conservatrice sur les sujets sociétaux.

Moins d’un tiers d’entre eux (29%) expriment une préférence pour le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, dont les orientations plus étatistes tranchent avec une certaine tradition au FN, et 19% ne choisissent pas entre les deux.

L’écart est plus net encore chez les plus jeunes : 62% des sympathisants de moins de 35 ans penchent pour la nièce de la présidente du FN, elle-même âgée de 27 ans.

La ligne de clivage s’est dessinée ces dernières années avec l’ascension parallèle de l’énarque venu du chevènementisme, propulsé vice-président de la formation et invité régulier des chaînes de télévision, et de la tête d’affiche frontiste dans le Sud, dépositaire attitrée de l’héritage de Jean-Marie Le Pen.

Parmi les dirigeants et ex-dirigeants, certains jugent le profil du souverainiste Florian Philippot utile au parti mais son influence trop grande sur Marine Le Pen.

“CHICAYAS”

“Le Front national n’est pas une secte, il peut y avoir des débats à l’intérieur”, dit à Reuters David Rachline, directeur de la campagne présidentielle. “L’essentiel, c’est que les questions soient tranchées et que, une fois que c’est tranché, tout le monde soit derrière la ligne politique qu’on a choisie.”

“Sujet subalterne”, insiste le sénateur du Var, qui se présente comme un “mariniste” et refuse de prendre parti pour l’un ou l’autre.

Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot, qui ont longtemps exprimé leurs désaccords mezzo voce, les ont publiquement affichés en décembre à propos de la fin du remboursement de l’avortement, pour laquelle plaide la députée.

Sur BFM TV, le vice-président du FN a alors présenté la députée comme une “personne (...) seule” et “isolée sur cette question”, faisant bondir des militants du FN.

En retour, Marion Maréchal Le Pen a accusé l’eurodéputé de définir la ligne du parti “seul sur BFM TV” et déploré un manque de “bienséance”.

La candidate à la présidentielle, craignant les effets potentiellement dévastateurs pour sa campagne, a appelé à la fin des “chicayas”.

“On a laissé ça en 2016”, a-t-elle assuré en marge de la présentation de ses voeux, le 4 janvier. “Il y a moins de différences entre Marion et Florian qu’il n’y en avait entre Alain Madelin et Philippe Seguin. Ça n’a pas empêché Jacques Chirac de gagner en 1995.”

L’enquête de l’Ifop a été réalisée en ligne, du 20 décembre au 11 juillet, auprès d’un échantillon de 762 sympathisants du FN.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below