January 5, 2017 / 11:46 AM / 2 years ago

Le projet Fillon ne freine pas la droitisation des fonctionnaires

PARIS (Reuters) - Le programme de François Fillon pour la fonction publique ne semble pas “avoir jeté les fonctionnaires dans les bras” des candidats de la gauche, selon une enquête du Cevipof publiée début janvier à quatre mois de la présidentielle en France.

Le programme de François Fillon (photo) pour la fonction publique ne semble pas "avoir jeté les fonctionnaires dans les bras" des candidats de la gauche, selon une enquête du Cevipof publiée début janvier à quatre mois de la présidentielle en France. /Photo prise le 14 décembre 2016/REUTERS/Christian Hartmann

L’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui a été investi candidat de la droite et du centre fin novembre, s’est engagé à supprimer 500.000 postes dans la fonction publique en cinq ans s’il accède à l’Elysée, une mesure vivement décriée à gauche.

Selon l’étude du Cevipof, il obtient de bons résultats (entre 18 et 22%) dans les trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière), un soutien sensiblement identique à celui de la présidente du Front national Marine Le Pen (entre 18,5 et 22%).

A titre de comparaison, l’ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls recueille chez cet électorat entre 11,3% et 18,3% des intentions de vote quand le co-fondateur du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon est lui crédité d’entre 15 et 18%.

Seul le milieu de l’éducation semble réagir assez fortement à la candidature de François Fillon, relève le Cevipof, signe que les enseignants constituent toujours le noyau dur de l’électorat de gauche.

Ils sont ainsi 21-22,2% suivant les scénarios (présence ou non du président du MoDem François Bayrou) à se dire prêts à voter pour Manuels Valls, 19-21,6% pour Jean-Luc Mélenchon qui devance François Fillon (17,6-19,6%), Emmanuel Macron (13,4-17,5%) et Marine Le Pen (6,6-7,6%).

Chez les policiers et les militaires, la présidente du FN arrive nettement en tête avec 46,3-46,8%, devant François Fillon (27,5-29,4%), Emmanuel Macron (7,7-9%) et Manuel Valls (4,7-5,3%).

Parallèlement à un affaissement électoral global du PS parmi les fonctionnaires, le Cevipof relève une “montée en force du potentiel électoral” de Jean-Luc Mélenchon qui est toutefois “loin de pouvoir compenser l’attractivité des candidats porteurs des valeurs de la droite conservatrice”.

Quelque 5,6 millions de personnes travaillaient pour la fonction publique en France en 2014, selon les dernières données disponibles de l’Insee.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below