January 3, 2017 / 3:59 PM / in a year

Marine Le Pen raille un Fillon "congelé"

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen ironise dans un entretien à paraître mercredi sur la stratégie électorale de François Fillon, qu’elle juge inerte et “congelé” depuis qu’il a décroché l’investiture présidentielle de la droite et du centre.

Marine Le Pen ironise dans un entretien à paraître mercredi sur la stratégie électorale de François Fillon, qu'elle juge inerte et "congelé" depuis qu'il a décroché l'investiture présidentielle de la droite et du centre. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

“Depuis sa victoire, Fillon est tombé dans un trou, il est congelé, il ne bouge plus”, raille la présidente du Front national dans le mensuel Causeur.

La candidate d’extrême droite dépeint l’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy comme un éternel second, qui mènerait une campagne similaire à celle perdue en 1995 par Edouard Balladur, pourtant donné favori pendant plusieurs mois.

“Toute sa vie, Fillon s’est caché derrière quelqu’un. Etre premier réclame des qualités dont ne dispose pas forcément un deuxième”, juge-t-elle.

“Si Sarkozy avait gagné la primaire, on aurait déjà eu cinq meetings, 18 polémiques, et l’intégralité des médias interviewerait toute la classe politique pour demander ce qu’on pense de sa dernière proposition”, ajoute Marine Le Pen, qui avait elle-même opté pour la discrétion durant l’année 2016.

“Chez Fillon, il ne s’agit pas de stratégie, mais de blocage psychologique”, selon elle.

Depuis le dénouement de la primaire, fin novembre, le député Les Républicains est sous le feu des critiques du Front national, qui le présente comme le candidat de la “casse sociale” et d’un “modèle ultralibéral à l’américaine”.

Parallèlement, François Fillon a ralenti le rythme de ses interventions dans les médias après une campagne interne parfois musclée.

Mardi, il a effectué sa rentrée avec un déplacement dans un centre de l’association Emmaüs Défi, à Paris, durant lequel il a promis de faire de la lutte contre la grande pauvreté un axe de son quinquennat s’il est élu.

“Tous ceux qui se pressent pour défendre le modèle social français devraient réfléchir”, a-t-il dit à cette occasion, répondant aux attaques venues de la gauche, de l’extrême droite et parfois de son propre camp.

“Quand on a presque six millions de chômeurs et neuf millions de pauvres, et que ces chiffres continuent d’augmenter, notamment s’agissant de la pauvreté, on ne peut pas parler d’un modèle social qui fonctionne”, a-t-il ajouté.

L’ancien chef du gouvernement devait intervenir mardi au journal de 20h00 de TF1 avant de gagner jeudi Las Vegas, où il est attendu au Consumer electronic show, un salon géant consacré à l’innovation technologique.

Simon Carraud, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below