January 1, 2017 / 11:36 AM / 2 years ago

Hollande en Irak lundi pour soutenir les forces françaises

PARIS (Reuters) - François Hollande a annoncé samedi dans ses voeux télévisés aux Français qu’il irait lundi en Irak, où la France est engagée dans la lutte contre l’organisation de l’Etat islamique (EI) au sein d’une coalition dirigée par les Etats-Unis.

Un avion de chasse Rafale sur le pont d'envol du porte-avions Charles-de-Gaulle opérant dans la Méditerranée orientale. François Hollande a annoncé samedi dans ses vœux télévisés aux Français qu'il irait lundi en Irak, où la France est engagée dans la lutte contre l'organisation de l'Etat islamique (EI). /Photo prise le 9 décembre 2016/REUTERS/Stephane De Sakutin

“Nous n’en avons pas terminé avec le fléau du terrorisme. Il nous faudra continuer à le combattre”, a dit le chef de l’Etat, chef des armées, dans cette traditionnelle allocution annuelle, la dernière de son quinquennat.

“A l’extérieur, c’est le sens de nos opérations militaires au Mali, en Syrie, en Irak, Irak où je me rendrai après-demain pour saluer nos soldats”, a-t-il ajouté.

L’opération Chammal, qui mobilise quelque 4.000 militaires français, s’inscrit dans le cadre de la coalition internationale anti-EI emmenée par Washington. Déclenchée en septembre 2014 en Irak, elle a été élargie en septembre 2015 à la Syrie.

Les forces françaises apportent notamment un soutien aux forces locales sur le terrain par des frappes aériennes, des vols de reconnaissance et des actions de formation.

Un détachement d’artillerie CAESAR et le groupe aéronaval du porte-avions Charles de Gaulle ont également été déployés.

Selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, qui accompagnera François Hollande, l’opération Chammal a coûté à la France environ 360 millions d’euros en 2016.

Sur le terrain, la situation était encore mouvante samedi à Mossoul où les forces de Bagdad et leurs alliés ont lancé jeudi la deuxième phase de leur opération de reconquête du dernier grand bastion de l’EI dans le nord de l’Irak.

Depuis le 17 octobre, date du lancement de l’assaut contre Mossoul, les forces gouvernementales soutenues par la coalition conduite par les Etats-Unis, des milices chiites et des combattants kurdes ont repris un quart de la ville.

Par ailleurs samedi, un double attentat revendiqué par l’organisation Etat islamique a fait au moins 29 morts et plus de 50 blessés sur un marché bondé du centre de Bagdad.

Elizabeth Pineau, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below