December 30, 2016 / 6:13 AM / in a year

Début du cessez-le-feu en Syrie

BEYROUTH (Reuters) - Un cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie, qui soutiennent des parties opposées en Syrie, est théoriquement entré en vigueur jeudi à 22h00 GMT sur l’ensemble du territoire syrien.

Un cessez-le-feu négocié par la Russie et la Turquie, qui soutiennent des parties opposées en Syrie, est théoriquement entré en vigueur jeudi à 22h00 GMT sur l'ensemble du territoire syrien. Il s'agit du troisième cessez-le-feu national conclu cette année. Les deux premiers n'ont tenu que quelques semaines. /Photo prise le 12 décembre 2016/REUTERS/Omar Sanadiki

L’accord de trêve a été annoncé dans la journée par le président russe Vladimir Poutine.

Il s’agit du troisième cessez-le-feu national conclu cette année. Les deux premiers, négociés par la Russie et les Etats-Unis en février et septembre, n’ont tenu que quelques semaines.

Ni Washington ni l’Onu n’ont été associés aux discussions qui ont conduit à celui de jeudi.

Un certain nombre de groupes rebelles ont signé l’accord, a déclaré le ministère russe de la Défense. Un porte-parole de l’Armée syrienne libre, vaste alliance de plusieurs groupes d’insurgés, a déclaré que l’ASL respecterait la trêve.

Un commandant de l’ASL s’est dit plus optimiste sur les chances d’un cessez-le-feu que lors des deux précédentes trêves nationales. “Cette fois j’ai confiance”, a déclaré Fares al Baïouch. “Il y a une nouvelle donne internationale.”

L’accord de trêve s’accompagne d’une déclaration en faveur de l’ouverture de négociations de paix à Astana, la capitale du Kazakhstan, a déclaré Vladimir Poutine.

Aucune date n’a encore été annoncée pour ces pourparlers. Les médias officiels syriens ont déclaré jeudi soir qu’ils auraient lieu “prochainement”.

Damas négociera en position de force après la défaite infligée ce mois-ci aux rebelles dans la grande ville d’Alep, qui constituait le dernier grand bastion urbain des insurgés.

La campagne aérienne lancée par la Russie en septembre 2015 a changé le cours de la guerre en faveur du régime du président Bachar al Assad.

Avant que des discussions puissent avoir lieu, le cessez-le-feu devra tenir bon.

Or un certain flou persiste sur les groupes rebelles concernés par l’accord de trêve.

L’armée syrienne a déclaré que le cessez-le-feu ne concernait pas l’Etat islamique, ni les combattants de l’ex-Front al Nosra, ni les factions liées à ces groupes djihadistes.

Plusieurs responsables rebelles ont en revanche déclaré que l’ex-Front al Nosra, rebaptisé Front Fateh al Cham depuis sa séparation d’avec Al Qaïda en juillet dernier, était inclus dans l’accord de trêve.

Un porte-parole d’Ahrar al Cham a de son côté déclaré que le puissant groupe rebelle islamiste n’avait pas signé l’accord, contrairement aux affirmations du ministère russe de la Défense.

La guerre en Syrie, qui a démarré en 2011, a fait plus de 300.000 morts et plus de 11 millions de déplacés.

John Davison; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below