November 28, 2016 / 12:17 PM / 2 years ago

L'ex-"comptable d'Auschwitz" débouté de sa demande d'appel

Le slogan nazi «Arbeit macht frei» (Le travail rend libre) est représenté aux portes de l'ancien camp de concentration et d'extermination allemand nazi d'Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, en Pologne. La plus haute cour de justice d'Allemagne a annoncé lundi qu'elle avait rejeté l'appel d'Oskar Gröning, surnommé le "comptable d'Auschwitz", condamné en juillet 2015 à quatre ans de prison pour son rôle dans l'assassinat de 300.000 détenus du camp d'extermination. /Photo d'archives/REUTERS/Kacper Pempel

BERLIN (Reuters) - La plus haute cour de justice d’Allemagne a annoncé lundi qu’elle avait rejeté l’appel d’Oskar Gröning, surnommé le “comptable d’Auschwitz”, condamné en juillet 2015 à quatre ans de prison pour son rôle dans l’assassinat de 300.000 détenus du camp d’extermination.

La décision de la Cour fédérale de justice, qui signifie que la peine prononcée contre le nonagénaire s’applique, a été prise en septembre mais n’a été rendue publique que lundi.

Les magistrats ont également rejeté les appels déposés par d’autres parties qui estimaient que Gröning, 95 ans, aurait dû répondre d’accusations plus lourdes que le seul chef de complicité d’assassinats.

Lors de la procédure judiciaire, il a été établi que l’ancien officier nazi n’avait pas tué de victimes mais qu’il avait en revanche indirectement contribué aux assassinats de masse par ses actes.

Son avocat, Hans Holtermann, a déclaré à Reuters qu’il étudiait la possibilité de saisir le tribunal constitutionnel de Karlsruhe.

Son procès, plus de soixante-dix ans après la mise en oeuvre de la “solution finale”, a relancé le débat sur la responsabilité pénale des membres subalternes du régime nazi.

Gröning a reconnu une culpabilité morale mais a estimé qu’il appartenait à la justice de dire s’il avait ou non une responsabilité pénale. Il a estimé à l’audience que la seule chose qu’il pouvait faire était de demander pardon à Dieu et qu’il lui était impossible de demander pardon aux victimes de l’Holocauste.

Andrea Shalal; Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below