November 9, 2016 / 11:43 AM / in 2 years

Juppé met en garde contre le "populisme" après Trump

PARIS (Reuters) - Alain Juppé, favori pour l’investiture présidentielle à droite, a mis en garde mercredi contre la tentation de “l’extrémisme” et du “populisme” en France, après l’élection aux Etats-Unis de Donald Trump, et appelé au rassemblement “pour faire barrage au Front national”.

Alain Juppé a mis en garde mercredi contre la tentation de "l'extrémisme" et du "populisme" en France, après l'élection aux Etats-Unis de Donald Trump, et appelé au rassemblement "pour faire barrage au Front national". /Photo prise le 25 octobre 2016/REUTERS/Benoit Tessier

L’ancien chef de la diplomatie française a invité par ailleurs dans un communiqué le président-élu, appelé à prendre ses fonctions le 20 janvier prochain, à favoriser “une démocratie américaine apaisée” et à définir “les axes de son dialogue avec la France et l’Europe”.

“Les Etats-Unis sont pour nous un partenaire, un allié, un ami, et c’est dans cette disposition d’esprit que je serai si j’accède à la présidence de la République”, a dit le maire de Bordeaux à des journalistes.

“Il faut voir maintenant ce que sera la politique de M. Trump, il a fait des déclarations diverses et variées, quelle sera l’orientation générale, quelle sera surtout sa vision de la relation avec l’Europe et la France, qu’il a l’air d’assez mal connaître”, a-t-il souligné.

“Ça nous oblige nous à nous organiser, parce que l’Amérique va défendre ses intérêts, il faut que nous défendions les nôtres, ceux de la France et ceux de l’Europe, donc d’une certaine manière la balle est dans notre camp”, a estimé Alain Juppé.

“LE POPULISME, C’EST MENTIR AU PEUPLE”

Le favori actuel des sondages pour l’élection présidentielle française de 2017 considère que la France doit aussi tirer des leçons du scrutin américain à l’échelle de sa situation politique intérieure.

“Je ne veux pas que la France s’engage dans la voie de l’extrémisme et de la démagogie. Je ne veux pas que l’avenir ce soit le Front national et tous ceux qui sont à la remorque de ses idées”, a-t-il affirmé, dans une allusion implicite à son principal rival pour la primaire, Nicolas Sarkozy.

“C’est pourquoi plus que jamais je veux rassembler toux ceux qui se font une certaine idée de la France et de la République, tous ceux qui sont décidés à rassembler un large mouvement pour faire barrage au Front national. Ça me donne encore plus d’énergie pour la préparation du premier tour de la primaire”, a-t-il déclaré.

Le premier tour de la primaire se déroule le 20 novembre prochain.

“La réponse n’est pas dans le populisme, le populisme, c’est mentir au peuple, c’est lui faire prendre des vessies pour des lanternes. La vérité, c’est que nous allons avoir besoin de réformes exigeantes auxquelles il faut se préparer”, a insisté Alain Juppé.

“Je ne veux pas que petit à petit deux France se séparent, une France entreprenante, conquérante, ouverte sur le monde, confiante dans l’avenir, qui existe, qui est forte, et puis une France qui se sent délaissée, la France de certains territoires, de la ruralité en particulier, qui se sent décrocher, la France des jeunes qui sont à 24% d’entre eux au chômage aujourd’hui”, a ajouté le maire de Bordeaux.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below