November 3, 2016 / 6:42 AM / 2 years ago

Clinton et Trump s'accusent mutuellement d'incompétence

PENSACOLA, Floride/LAS VEGAS (Reuters) - En Floride pour l’un, au Nevada, pour l’autre, Donald Trump et Hillary Clinton ont mis l’accent mercredi sur la personnalité et la compétence de leur adversaire respectif, à six jours de l’élection présidentielle du 8 novembre.

Donald Trump et Hillary Clinton ont mis l'accent mercredi sur la personnalité et la compétence de leur adversaire respectif, à six jours de l'élection présidentielle du 8 novembre. /Photos prises le 19 octobre 2016/REUTERS/Carlos Barria

S’exprimant devant une foule de partisans réunis à Pensacola, en Floride, Donald Trump a prédit sa victoire et a jugé qu’Hillary Clinton n’avait pas les compétences requises pour s’installer au Bureau ovale, la qualifiant de “totalement déséquilibrée”.

A Las Vegas, la démocrate a de son côté reproché au républicain de dresser les Américains les uns contre les autres, rappelant les propos qu’il a tenus à l’encontre des musulmans et des latinos-américains.

Donald Trump est “complètement dépassé” et ses propositions en matière de politique étrangères sont “incroyablement dangereuses”, a martelé Hillary Clinton.

Mise en difficulté par une accumulations de contrariétés bein malvenues en cette fin de campagne, l’ancienne secrétaire d’Etat semble toutefois bénéficier d’un léger regain de confiance.

Si la nouvelle affaire des courriels a considérablement entamé son avance dans de nombreux sondages, la dernière enquête d’opinion Reuters/Ipsos lui accorde six points d’avance sur son adversaire, la marge dont elle disposait avant l’annonce de la réouverture de l’enquête du FBI.

LES INVESTISSEURS PRÉOCCUPÉS

D’après une moyenne de sondage d’opinions calculée mercredi par le site internet RealClearPolitics, Hillary Clinton à l’échelle nationale obtenait 47% des suffrages, contre 45,3% à Donald Trump.

Le doute et l’incertitude semblent pourtant s’être réinstallés, sur les marchés financiers où les investisseurs ont la tentation de se délester de leurs actifs risqués pour privilégier les valeurs les plus sûres, à commencer par l’or et le franc suisse. et

La position d’Hillary Clinton reste toutefois plus solide que le laissent entrevoir les sondages réalisés à l’échelle nationale, notamment en raison de l’avance qu’elle semble avoir déjà prise dans la course aux grands électeurs qui éliront le 45e président des Etats-Unis.

Pour être certain d’être désigné, il faut obtenir le suffrage de 270 grands électeurs, or les Etats les plus peuplés, qui sont aussi ceux qui envoient le plus de grands électeurs, votent davantage pour les démocrates que pour les républicains.

Au jeu des prédictions, RealClearPolitics estime qu’Hillary Clinton est d’ores et déjà en mesure d’emporter 226 grands électeurs et qu’il lui faudra donc grappiller des voix dans les Etats indécis que sont la Floride, la Caroline du Nord, la Virginie, l’Ohio, l’Iowa, l’Arizona, le Colorado ou encore le Nevada.

Pour Donald Trump, en revanche, la tâche paraît plus ardue puisque seulement 180 grands électeurs semblent certains de tomber dans son escarcelle, ce qui l’oblige à batailler dans beaucoup plus d’Etats que son adversaire pour décrocher les 90 suffrages manquants.

BASEBALL

Ces Etats décisifs, les “Swing states”, sont donc dans le viseurs de l’un comme de l’autre. Hillary Clinton s’efforce notamment de séduire la Floride et son réservoir de 29 grands électeurs et où son avance est inférieure à un point.

En Caroline du Nord, où 15 sièges seront accordés au vainqueur, Hillary Clinton et Donald Trump sont au coude-à-coude. Elle y a bénéficié mercredi d’un soutien de poids en la personne du président Barack Obama qui a jugé que Donald Trump constituait une menace pour les Etats-Unis.

“Le destin de cette république est entre vos mains”, a-t-il déclaré à Chapel Hill, avant de vilipender les traits de caractère d’un Donald Trump selon lui incapable de diriger le pays.

Dans le camp républicain, on mise sur la publicité pour tenter de convaincre les électeurs récalcitrants. Trois encarts ont ainsi été achetés par l’équipe de campagne de Donald Trump pour être diffusés lors des pauses du septième et dernier match des World Series, la rencontre décisive de la finale du championnat américain de baseball.

L’une de ces publicités, intitulée “Corruption”, accuse Hillary Clinton d’avoir favorisé les donateurs de la Fondation Clinton. “Après des décennies de mensonges et de scandales, sa corruption touche à sa fin”, promet le message.

Avec Doina Chiacu et Steve Holland in Washington, Jamie McGeever à Londres, Saqib Iqbal Ahmed à New York, Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below