December 26, 2015 / 10:40 AM / 3 years ago

La Chine va expulser une journaliste de l'hebdomadaire L'Obs

La France a regretté vendredi que le visa d'Ursula Gauthier, la correspondante de L'Obs en Chine, n'ait pas été renouvelé tandis que l'hebdomadaire a dénoncé une atteinte très grave à la liberté de la presse. La journaliste a été la cible d'une campagne de critiques dans les médias d'Etat chinois après un article publié le 18 novembre dernier évoquant la répression de la minorité ouïghoure au Xinjiang, vaste région à dominante musulmane. /Photo d'archives/REUTERS/Tim Wimborne

PARIS (Reuters) - La France a regretté vendredi que le visa d’Ursula Gauthier, la correspondante de L’Obs en Chine, n’ait pas été renouvelé tandis que l’hebdomadaire a dénoncé une atteinte très grave à la liberté de la presse.

Ursula Gauthier a reçu la confirmation par les autorités chinoises qu’elle serait de facto expulsée du pays le 31 décembre, à la suite du non-renouvellement de sa carte de presse et de son visa, a annoncé L’Obs.

La journaliste a été la cible d’une campagne de critiques dans les médias d’Etat chinois après un article publié le 18 novembre dernier évoquant la répression de la minorité ouïghoure au Xinjiang, vaste région à dominante musulmane.

Elle a été convoquée à plusieurs reprises par le Centre international de la presse (IPC), organisme de tutelle des correspondants étrangers rattaché au ministère chinois des Affaires étrangères, et les autorités chinoises lui ont demandé de présenter des excuses, explique L’Obs.

Ursula Gauthier avait déjà signifié aux autorités que de telles excuses étaient à ses yeux “hors de question” et “impensables”. Elle est la première correspondante étrangère en Chine à faire l’objet d’une telle mesure depuis l’expulsion en 2012 de Melissa Chan, correspondante du service en anglais de la chaîne Al Jazira.

“Nous regrettons que le visa de Mme Ursula Gauthier n’ait pas été renouvelé”, a déclaré vendredi dans un communiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. “La France rappelle l’importance que les journalistes puissent exercer leur métier partout dans le monde”, a-t-il ajouté.

Mathieu Croissandeau, le directeur de la rédaction de L’Obs, a déploré “un très mauvais signal envoyé par la Chine aux journalistes étrangers”.

Gérard Bon, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below