December 23, 2015 / 12:32 PM / 3 years ago

Mariano Rajoy rencontre le socialiste Pedro Sanchez en Espagne

MADRID (Reuters) - Le président du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, a rencontré mercredi le chef de file des socialistes du PSOE, Pedro Sanchez, première d’une série de consultations qui promettent d’être âpres et complexes pour tenter de former un gouvernement viable.

Le président du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, a rencontré mercredi le chef de file des socialistes du PSOE, Pedro Sanchez, première d'une série de consultations qui promettent d'être âpres et complexes pour tenter de former un gouvernement viable./Photo prise le 23 décembre 2015/REUTERS/Sergio Perez

Avant le début de leur entretien à la mi-journée, Ciudadanos, nouvelle formation de centre droit arrivée quatrième lors des législatives de dimanche, avait appelé à la conclusion d’un accord à trois, avec le Parti populaire (PP, droite) de Rajoy et le PSOE, en vue de constituer une coalition de gouvernement.

Une telle alliance dissiperait l’incertitude politique qui plane sur le pays depuis les législatives, qui ont consacré la fin du bipartisme de mise depuis le rétablissement de la démocratie dans les années 1970, et contribuerait à éviter que la Catalogne ne proclame son indépendance, a estimé le chef de file de Ciudadanos, Albert Rivera.

“Nous proposons un pacte entre le PP et le PSOE afin que personne ne profite de la faiblesse, de l’incertitude et de l’instabilité pour miner ce pays”, a dit Albert Rivera.

La rencontre Rajoy-Sanchez est la toute première depuis les législatives, qui ont vu le PP arriver en tête mais en recul, sans la possibilité de former un gouvernement à lui seul. Le PSOE s’est classé deuxième, en baisse lui aussi, aux dépens de Podemos, une nouvelle formation de gauche anti-austérité, et de Ciudadanos.

Il est pratiquement impossible pour Mariano Rajoy de se maintenir au pouvoir sans le soutien des socialistes, ou du moins leur abstention lors du vote de confiance sur le prochain gouvernement. Mais plusieurs dirigeants du PSOE ont d’ores et déjà dit que leur parti devait siéger dans l’opposition et rejeter toute offre de coalition venant de Rajoy ou du PP.

Le PP contrôle désormais 123 des 350 sièges de députés, le PSOE 90, Podemos 69 et Ciudadanos 40.

Julien Toyer; Eric Faye pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below