November 24, 2015 / 3:02 PM / in 3 years

1.233 perquisitions administratives depuis l'état d'urgence

Les forces de l'ordre ont mené 1.233 perquisitions administratives dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeveuve a précisé que ces opérations avaient permis d'interpeller 165 personnes, dont 124 ont été placées en garde à vue, et de saisir près de 230 armes. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

PARIS (Reuters) - Les forces de l’ordre ont mené 1.233 perquisitions administratives dans le cadre de l’état d’urgence décrété après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, a annoncé mardi le ministre de l’Intérieur.

Ces opérations ont permis d’interpeller 165 personnes, dont 124 ont été placées en garde à vue, et de saisir près de 230 armes, a précisé Bernard Cazeveuve lors des questions au gouvernement à l’Assemblée.

La moitié des armes “sont des armes longues et des armes de guerre, ce qui témoigne de l’efficacité des perquisitions qui ont été conduites”, a-t-il souligné.

Les armes longues concernent toutes les armes épaulées lors du tir, à l’inverse des armes de poing.

L’une de ces perquisitions administratives a visé mardi le village d’Artigat (Ariège), où réside Olivier Corel, surnommé “l’émir blanc” et connu pour avoir été le mentor présumé des djihadistes Mohamed Merah et Fabien Clain.

Deux hélicoptères de gendarmerie ont été déployés en appui des forces antiterroristes dans ce village de 600 habitants.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below