June 18, 2015 / 3:53 PM / 3 years ago

Neuf tués dans une église afro-américaine à Charleston

par Harriet McLeod

L'Attorney General (ministre de la Justice) Loretta Lynch annonce jeudi l'arrestation de Dylann Roof, 21 ans, tireur présumé contre une église fréquentée par la communauté afro-américaine de Charleston, en Caroline du Sud. Neuf personnes ont été tuées mercredi soir par un jeune homme blanc. /Photo prise le 18 juin 2015/REUTERS/Yuri Gripas

CHARLESTON, Caroline du Sud (Reuters) - Neuf personnes ont été tuées par un jeune homme blanc qui a ouvert le feu mercredi soir dans une église fréquentée par la communauté afro-américaine de Charleston, en Caroline du Sud.

Le tireur présumé, Dylann Roof, 21 ans, a été arrêté jeudi dans la ville de Shelby, en Caroline du Nord, ont annoncé l’Attorney General (ministre de la Justice) Loretta Lynch et d’autres responsables américains.

Selon le chef de la police de Charleston, Gregory Mullen, le suspect a été arrêté à un feu rouge sans opposer de résistance.

Son oncle, Carson Cowles, a précisé à Reuters qu’une perquisition était en cours au domicile de la mère du jeune homme. Son neveu, qu’il a présenté comme quelqu’un de calme et de réservé, avait reçu en cadeau d’anniversaire en avril dernier un pistolet de calibre 45.

L’agresseur avait été décrit par les autorités comme un homme d’une vingtaine d’années, les cheveux blonds, portant un sweat-shirt, un jean et des bottes.

Selon la police, il est resté assis parmi les fidèles pendant près d’une heure avant d’ouvrir le feu, tuant six femmes et trois hommes. Il a rechargé cinq fois son arme, selon un rescapé, malgré les exhortations de ses victimes.

“JE DOIS LE FAIRE”

“Il disait simplement ‘je dois le faire, vous violez nos femmes et vous nous prenez notre pays’”, a raconté ce rescapé à Sylvia Pinckney, une cousine du pasteur Clementa Pinckney, tué dans l’attaque.

Le tireur avait pris la fuite à bord d’une berline noire.

Le dossier judiciaire du suspect montre qu’il avait eu affaire à la justice deux fois depuis le début de l’année, en mars pour infraction à la législation sur les stupéfiants et en avril pour violation de propriété privée.

Sur sa page Facebook, on voit une photo où il porte une veste avec les drapeaux de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid et de la Rhodésie avant que celle-ci ne devienne le Zimbabwe, quand ces deux pays étaient dirigés par la minorité blanche.

Huit des victimes ont été retrouvées mortes sur les lieux de la tragédie et une neuvième a succombé à ses blessures après avoir été évacuée vers un hôpital. Une dixième personne a été blessée.

Le ministère de la Justice a ouvert une enquête fédérale pour “crime de haine”. Cette enquête, qui implique la division “Droits civiques” du ministère, le FBI et le bureau local du ministère fédéral de la Justice, sera menée “parallèlement et en coordination avec celle de l’Etat de Caroline du Sud”.

“Il est inimaginable que quelqu’un dans la société d’aujourd’hui puisse entrer dans une église alors que des gens participent à une réunion de prière et les tue ainsi”, a commenté le chef de la police de Charleston, Gregory Mullen.

“La seule raison pour laquelle une personne puisse entrer dans une église et abattre des gens en train de prier est la haine”, a estimé Joe Riley, le maire de Charleston, dénonçant devant la presse un acte “intolérable et incroyable”.

ÉGLISE HISTORIQUE

Dans un message sur Twitter, le révérend Al Sharpton, responsable d’une association new-yorkaise de défense des droits civiques, a indiqué que Clementa Pinckney, pasteur de la paroisse et élu démocrate au Sénat de Caroline du Sud, faisait partie des victimes.

Le site internet de la paroisse précise que celle-ci est l’une des plus importantes et des plus anciennes congrégations noires du sud des Etats-Unis. Elle a été fondée au début du XIXe siècle et l’église a été construite en 1891.

La fusillade s’est produite vers 21h00 (01h00 GMT jeudi) dans l’Emanuel African Methodist Episcopal Church, dans le centre historique de Charleston.

Jeb Bush, candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 2016, a annulé un meeting électoral prévu jeudi matin à Charleston.

Hillary Clinton, qui sollicite de son côté l’investiture démocrate, a déclaré que la tuerie devait conduire les Américains à s’interroger sur la violence et sur leur rapport à aux différences.

“Il y a de dures réalités auxquelles il faut faire face sur la question des races, de la violence, des armes et de la division”, a-t-elle déclaré en ouverture d’un discours prononcé à Las Vegas.

“Combien d’innocents, qu’il s’agisse d’enfants, de paroissiens ou de spectateurs de cinéma, combien de personnes devront nous voir mourir avant d’agir ?”, a-t-elle demandé.

Cette tragédie rappelle l’attentat à la bombe commis contre une église afro-américaine de Birminghan en Alabama qui avait provoqué la mort de quatre jeunes filles en septembre 1963 et avait alimenté les manifestations en faveur des droits civiques.

En avril dernier, un policier blanc a abattu un Noir de 50 ans en lui tirant huit balles dans le dos à North Charleston. Le policier a été inculpé pour meurtre.

Avec Julia Edwards, Emily Flitter, David Adams, Letitia Stein, Randall Hill, Alex Dobuzinskis et Curtis Skinner; Pierre Sérisier, Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below