June 17, 2015 / 8:28 AM / 4 years ago

Deux nouvelles têtes au gouvernement

PARIS (Reuters) - Les députées socialistes Clotilde Valter et Martine Pinville font leur entrée au gouvernement en tant que secrétaires d’Etat dans le cadre d’un remaniement “technique” annoncé mercredi par l’Elysée.

Clotilde Valter est nommée secrétaire d’Etat chargée de la Réforme de l’Etat et de la simplification, une fonction jusqu’à présent occupée par Thierry Mandon.

Ce dernier reprend le portefeuille de l’Enseignement et de la Recherche, laissé vacant par Geneviève Fioraso au printemps, pour raisons de santé.

Martine Pinville, 56 ans et députée de Charente, devient quant à elle secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation, et de l’Economie sociale et solidaire.

Elle remplace Carole Delga, qui quitte le gouvernement pour se consacrer aux élections régionales de décembre : elle mènera la liste PS en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Députée du Calvados, originaire du Pas-de-Calais et passée par l’Ena, Clotilde Valter a eu pour première figure tutélaire Lionel Jospin, dont elle fut conseillère lorsqu’il était ministre de l’Education nationale, au début des années 1990.

Elle fut ensuite membre de son cabinet à Matignon, où elle était chargée des questions de sécurité, d’immigration ou encore de la Corse, puis a suivi l’ancienne ministre et figure féministe Yvette Roudy dans le Calvados.

UN REMANIEMENT PLUS VASTE “TOUJOURS POSSIBLE”, DIT VALLS

Son parcours décrit celui d’une fidèle aux orientations de François Hollande, dont elle avait cosigné la motion portée par Bertrand Delanoë en 2008 lors du Congrès PS de Reims. Elle a signé cette année la motion de Jean-Christophe Cambadélis, réélu premier secrétaire avec le soutien du gouvernement.

Fonctionnaire des impôts, Martine Pinville, elle, est députée depuis 2007 et s’est fait une spécialité des questions sociales à l’Assemblée, où elle était jusqu’à présent secrétaire de la commission des Affaires sociales.

Elle était également signataire de la motion A lors du récent congrès de Poitiers du PS.

Sur TF1 mardi soir, le Premier ministre, Manuel Valls, a déclaré qu’il était “toujours possible” qu’un remaniement plus vaste ait lieu d’ici la fin du quinquennat.

Une hypothèse confirmée mercredi par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

“Ce n’est pas à l’ordre du jour (mais) le moment venu, la question pourra se poser car il faut qu’on engage un processus de rassemblement” de la gauche en vue de l’élection présidentielle de 2017, a déclaré ce proche du président François Hollande lors du compte rendu du conseil des ministres.

L’université d’été du Parti socialiste, fin août à La Rochelle (Charente-Maritime), “va être un moment où on va chercher à rassembler et à discuter avec l’ensemble des forces progressistes pour un projet d’alliance populaire”, a-t-il expliqué.”

Gregory Blachier et Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below