May 11, 2015 / 11:29 AM / 4 years ago

Afflux de migrants en Indonésie et en Malaisie

Migrants clandestins se reposant au port indonésien de Lhoksukon. Près de 600 migrants, des Rohingya de Birmanie et des Bangladais pour la plupart, ont été secourus au large des côtes de la province indonésienne d'Aceh, sur la pointe nord de Sumatra. Un millier d'autres ont été interceptés et placés dans des centres de rétention en Malaisie voisine. /Photo prise le 11 mai 2015/REUTERS/Roni Bintang

BANDA ACEH, Indonésie (Reuters) - Près de 600 migrants, des Rohingya de Birmanie et des Bangladais pour la plupart, ont été secourus au large des côtes de la province indonésienne d’Aceh, sur la pointe nord de Sumatra, alors que leurs deux embarcations étaient en perdition, rapportent lundi les autorités.

Un millier d’autres ont été interceptés et placés dans des centres de rétention en Malaisie voisine.

Depuis 2012, plus de 100.000 musulmans Rohingya ont fui la violence et la misère en Birmanie. La plupart se retrouvent via des passeurs en Thaïlande, où ils sont détenus dans des camps dans la jungle jusqu’au paiement de rançons.

On estime que 25.000 Rohingya et Bangladais ont pris la mer clandestinement durant les trois premiers mois de l’année, soit deux fois plus qu’au premier trimestre 2014, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Les 600 migrants secourus dimanche au large de l’Indonésie avaient embarqué à bord de bateaux surchargés qui sont tombés à court de carburants avant d’être remorqués par des pêcheurs jusqu’au port de Lhoksukon.

Une cinquantaine de naufragés, souffrant de la faim pour la plupart, ont été hospitalisés.

Les autorités malaisiennes ont annoncé de leur côté avoir placé en détention un millier de réfugiés bangladais et Rohingya, dont des dizaines d’enfants, arrivés de nuit sur l’île de Langkawi, sur la côte occidentale de la Malaisie, près de la frontière thaïlandaise.

Cet afflux a pris de court les autorités locales. “Nous ne nous attendions pas à des arrivées de ce nombre”, a reconnu l’amiral Zulkifli bin Abu Bakar, qui dirige le département des enquêtes criminelles de la police maritime.

La Thaïlande a intensifié la lutte contre les réseaux de passeurs, qui se sont tournés vers d’autres routes de migration. “Pourquoi sinon iraient-ils vers l’Indonésie ? C’est si loin”, a souligné le porte-parole de la police thaïlandaise, le général Prawut Thawornsiri.

Reza Munawir avec Al-Zaquan Amer Hamzah à Kuala Lumpur; Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below