April 15, 2015 / 7:56 AM / 3 years ago

"Nous ne vous oublions pas", dit Malala aux lycéennes de Chibok

NEW YORK (Reuters) - Les lycéennes nigérianes de Chibok détenues par les islamistes de Boko Haram n’ont pas été oubliées et ne doivent pas perdre espoir, dit la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, lauréate du prix Nobel de la paix 2014, dans une lettre ouverte publiée mardi pour le premier anniversaire de leur enlèvement.

Dans une lettre ouverte publiée mardi pour le premier anniversaire de l'enlèvement de 270 lycéennes par les islamistes de Boko Haram à Chibok au Nigeria, la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai estime que les dirigeants nigérians et la communauté internationale n'en ont pas fait assez pour les aider. "Sachez que nous ne vous oublierons jamais. Nous serons toujours à vos côtés", écrit la lauréate du prix Nobel de la paix 2014. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett

“Sachez que nous ne vous oublierons jamais. Nous serons toujours à vos côtés. Nous n’aurons pas de répit tant que vous n’aurez pas retrouvé vos familles”, écrit l’adolescente que les taliban ont tenté d’assassiner en 2012 en raison de sa campagne en faveur de la scolarisation des filles.

“A mon sens, les dirigeants nigérians et la communauté internationale n’en ont pas fait assez pour vous aider”, poursuit Malala, dont la fondation lance une campagne de collecte de messages de soutien baptisée #DearSisters.

Le futur président nigérian Muhammadu Buhari a promis mardi de faire le nécessaire pour obtenir la libération des 219 lycéennes toujours détenues, sans toutefois laisser d’illusion sur leur sort.

“Nous ne savons pas si les filles de Chibok peuvent être secourues. On ignore ce qu’elles sont devenues. Bien que je le souhaite au plus haut point, je ne peux pas promettre que nous les trouverons. Mon gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour les ramener”, dit-il dans un communiqué.

Elu il y a deux semaines après avoir fait campagne pour plus de fermeté à l’égard de Boko Haram, Muhammadu Buhari prendra ses fonctions fin mai.

Au moins 2.000 femmes et jeunes filles nigérianes ont été enlevées par Boko Haram depuis 2014 et réduites à l’état d’esclaves sexuels ou forcées à combattre, selon Amnesty International.

Maria Caspani, Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below