January 8, 2015 / 5:33 AM / 4 years ago

Un suspect en garde à vue après l'attentat contre Charlie Hebdo

PARIS/REIMS (Reuters) - Un des trois suspects de la fusillade qui a fait 12 morts et 11 blessés mercredi au siège du journal Charlie Hebdo, à Paris, a été placé en garde à vue après s’est présenté au commissariat de police de Charleville-Mézières (Ardennes), a-t-on appris jeudi auprès du Parquet de Paris, alors que la police a lancé un appel à témoins pour retrouver les deux tireurs présumés.

Lors de perquisitions menées par la police de Reims. Un des trois suspects de la fusillade qui a fait 12 morts et 11 blessés mercredi au siège du journal Charlie Hebdo, à Paris, a été placé en garde à vue après s'est présenté au commissariat de police de Charleville-Mézières (Ardennes), alors que la police a lancé un appel à témoins pour retrouver les deux tireurs présumés. /Photo prise le 8 janvier 2015/REUTERS/Jacky Naegelen

Une porte-parole du Parquet de Paris a insisté sur le fait que le jeune homme né en 1996 s’est présenté de son plein gré aux autorités mercredi en fin de soirée. Elle n’a pas souhaité donner d’autres précisions.

Le rôle éventuel de cet homme de 18 ans, identifié de source policière comme Hamyd Mourad et présenté comme un sans domicile fixe, n’a pas encore été clairement établi.

Selon des proches interrogés par les chaînes de télévision, il était en classe à Charleville-Mézières au moment de l’attaque contre le siège de Charlie Hebdo.

Les deux auteurs présumés de la tuerie, deux frères âgés de 32 et 34 ans, sont toujours activement recherchés, notamment dans la région de Reims (Marne) où des perquisitions ont été menées dans la nuit de mercredi à jeudi.

La Brigade criminelle de la Préfecture de police de Paris a lancé un appel à témoins et un avis de recherche avec les photos de Chérif Kouachi, né le 29 novembre 1982, et Saïd Kouachi, né le 7 septembre 1980. Ils sont présentés comme “susceptibles d’être armés et dangereux”.

Les deux frères sont originaires du 19e arrondissement de Paris et l’un d’eux, le plus jeune, a déjà purgé une peine de quatre ans de prison après avoir tenté de gagner l’Irak en 2005 pour y rejoindre des combattants islamistes, a-t-on appris de source policière.

De même source, on confirme une information de l’hebdomadaire Le Point selon laquelle la carte d’identité de l’un des suspects a été retrouvée dans la Citroën C3 qu’ils ont abandonnée dans leur fuite près de la porte de Pantin à Paris.

Des perquisitions ont été menées par les enquêteurs dans l’Est parisien mais sans résultat.

Selon la chaîne BFM TV, plusieurs interpellations ont cependant eu lieu dans leur entourage.

JOURNÉE DE DEUIL NATIONAL

Le parquet s’est refusé à tout commentaire sur ces informations. Mercredi, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a lancé un appel “à la responsabilité car la diffusion d’informations aléatoires, approximatives est de nature à compliquer le déroulement de cette enquête et à retarder son dénouement”.

Qualifiant la tuerie de “lâche assassinat”, le président François Hollande a de son côté décrété une journée de deuil national jeudi.

Un temps de recueillement aura lieu à 12h00 dans tous les services publics et les drapeaux tricolores seront mis en berne pendant trois jours, a précisé le chef de l’Etat.

François Hollande va aussi recevoir son prédécesseur Nicolas Sarkozy à l’Elysée à 09h30 puis dans l’après-midi les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi que les formations politiques ayant un groupe au Parlement afin, selon l’Elysée, d’afficher l’unité de la France face au terrorisme.

Vendredi, ce sera au tour des dirigeants des partis politiques ne disposant pas d’un groupe au Parlement, comme le Front national, d’être reçus par le chef de l’Etat.

Le plan Vigipirate a par ailleurs été relevé au stade le plus élevé dans la région Ile-de-France pour prévenir des “attentats majeurs”, ont annoncé mercredi les services du Premier ministre, Manuel Valls.

Le niveau “écarlate” a été activé précédemment une seule fois en France : en mars 2012, en région Midi-Pyrénées après l’attaque d’une école juive à Toulouse et les assassinats de trois parachutistes par Mohamed Merah.

Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte ainsi que les transports vont faire l’objet d’une vigilance particulière.

L’attaque de Charlie Hebdo est la plus meurtrière commise en France depuis les vagues d’attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts dans une dizaine d’attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel.

Nicolas Bertin, Antony Paone, Yann Le Guernigou, John Irish et Tangi Salaün

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below