January 1, 2015 / 4:13 PM / 4 years ago

Croissance et sécurité au menu de la présidence lettone de l'UE

BRUXELLES (Reuters) - La Lettonie a pris jeudi, pour six mois, la présidence tournante de l’Union européenne, en souhaitant une révision de la politique de l’UE en matière de sécurité aux frontières et la mise en route du plan d’investissement Juncker de 315 milliards d’euros.

Vue de Riga, capitale de la Lettonie, qui a pris jeudi, pour six mois, la présidence tournante de l'Union européenne, en souhaitant une révision de la politique de l'UE en matière de sécurité aux frontières et la mise en route du plan d'investissement Juncker de 315 milliards d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Ints Kalnins

Entrée dans l’UE en 2004 et dans la zone euro l’an dernier, la Lettonie estime que le plan de relance de la croissance par l’investissement dévoilé il y a un mois par le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, est très important.

“Son lancement au premier semestre sera notre priorité numéro un. Je voudrais dire que le lancement de ce plan sera le succès ou l’échec de notre présidence”, a déclaré fin 2014 la Première ministre lettone, Laimdota Straujuma.

La Lettonie estime également que l’Union européenne doit rester vigilante face à la Russie et qu’elle doit revoir sa doctrine en matière de sécurité, dont la dernière mouture remonte à 2003 quand la Guerre froide et les tensions entre l’Est et l’Ouest semblaient révolues.

Or, avec la crise ukrainienne et le rôle joué par la Russie avec notamment l’annexion de la Crimée, en mars, les Etats baltes, dont les populations comptent une importante minorité russophone, craignent d’être les prochains sur la liste.

La présidence lettone de l’UE ne doit toutefois pas être considérée comme anti-russe, a déclaré le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics. Mais, dit-il, la stratégie de l’UE qui repose sur la stabilité de ses frontières orientales n’est plus de mise.

“Nous devons nous pencher sur notre sécurité aux frontières, non seulement du point de vue de la police et du respect de la loi, mais aussi de celui de la défense. Il faut aborder la question du renforcement de la défense de l’EU et le reste”, a-t-il déclaré à Reuters.

Philip Blenkinsop, avec Aija Krutaine à Riga, Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below