November 4, 2014 / 1:48 PM / 4 years ago

L'UMP soupçonne Hollande de programmer le scrutin proportionnel

PARIS (Reuters) - L’introduction d’une dose de proportionnelle pour les élections législatives serait un “vrai casus belli”, a déclaré mardi le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, selon qui François Hollande pourrait annoncer jeudi une telle réforme.

Parmi les 60 propositions faites par François Hollande lors de sa campagne pour l'élection présidentielle de 2012 figure l'instillation d'une dose de proportionnelle, concernant entre 10 et 20% des 577 sièges, aux législatives. L'UMP soupçonne le chef de l'Etat de préparer une annonce jeudi de l'introduction d'une dose de proportionnelle pour les élections législatives. /Photo d'archvies/REUTERS/Charles Platiau

“Cette nouvelle manipulation serait pour nous un vrai casus belli. C’est inacceptable et inimaginable. Notre opposition sera totale s’il souhaite aller sur ce terrain”, a dit Christian Jacob lors de son point de presse hebdomadaire.

Parmi les 60 propositions faites par François Hollande lors de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2012 figure l’instillation d’une dose de proportionnelle, concernant entre 10 et 20% des 577 sièges, aux législatives.

A l’exception de l’UMP, tous les groupes y sont favorables.

“Nous sommes pour une proportionnelle intégrale”, a rappelé mardi André Chassaigne, le président du groupe Front de gauche, tandis que Philippe Vigier, le président du groupe UDI (centriste), soulignait que son mouvement était pour l’introduction d’une dose de proportionnelle, “entre 10 et 20%”.

Priée de dire si François Hollande ferait une telle proposition lors de son intervention télévisée de jeudi, Annick Lepetit, porte-parole du groupe socialiste, a botté en touche.

“Il faudra lui poser la question jeudi soir s’il compte aussi réformer” le mode de scrutin pour les législatives, a-t-elle dit. “Pour le moment je n’ai pas entendu en tout cas un seul d’entre nous, au sein du groupe, exprimer cette volonté.”

L’élection des députés se déroule au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

La gauche avait instauré une proportionnelle intégrale au niveau départemental pour les législatives de 1986. La droite avait gagné de justesse ce scrutin qui avait permis l’élection de 35 députés du Front national.

Dès sa nomination à Matignon par François Mitterrand, Jacques Chirac, chef de file de la droite, avait immédiatement fait voter le retour au scrutin uninominal à deux tours.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below