September 4, 2014 / 9:45 AM / 4 years ago

Pour Valls, les attaques de Trierweiler abaissent le débat

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a jugé jeudi que les attaques de l’ex-compagne de François Hollande Valérie Trierweiler envers le chef de l’Etat abaissaient le débat et assuré qu’elles ne perturberaient pas l’action du gouvernement.

Manuel Valls a jugé jeudi que les attaques de l'ex-compagne de François Hollande Valérie Trierweiler envers le chef de l'Etat abaissaient le débat et assuré qu'elles ne perturberaient pas l'action du gouvernement. /Photo prise le 27 janvier 2014/REUTERS/Mansi Thapliyal

Dans son livre “Merci pour ce moment” qui paraît ce jeudi, Valérie Trierweiler écrit notamment: “Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé: ‘les sans-dents’ très fier de son trait d’humour.”

“On abaisse le débat”, a dit le Premier ministre lors d’un déplacement en Moselle, en évoquant “des attaques outrancières”. “J’en appelle au respect de la vie de chacun et à la dignité de ces débats publics.”

“Nous ne nous laisserons en aucun cas entraîner dans ces discussions”, a poursuivi Manuel Valls. “Ce que les Français attendent du gouvernement et de moi-même comme Premier ministre, c’est de répondre à leurs attentes.”

Ségolène Royal, mère des enfants de François Hollande, a quant à elle déclaré jeudi que l’affirmation par Valérie Trierweiler qu’il n’aimait pas les pauvres était “n’importe quoi”.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below