August 31, 2014 / 12:27 PM / 4 years ago

Poutine évoque les "structures étatiques" du Sud-Est ukrainien

MOSCOU (Reuters) - Vladimir Poutine a évoqué dimanche la nécessité d’une ouverture rapide de négociations entre Kiev et les insurgés sur l’organisation politique de la société et sur les “structures étatiques” du sud-est de l’Ukraine.

Séparatistes pro-russes à à Novoazovsk, dans le sud-est de l'Ukraine. Vladimir Poutine a évoqué dimanche la nécessité d'une ouverture rapide de négociations entre Kiev et les insurgés sur l'organisation politique de la société et sur les "structures étatiques" du sud-est de l'Ukraine. /Photo prise le 31 août 2014/REUTERS/Vasily Fedosenko

“Des négociations approfondies, sérieuses, doivent s’engager tout de suite (...)sur les questions touchant à l’organisation politique de la société et sur les structures étatiques (NDLR, le mot russe : “государственностъ”) du sud-est de l’Ukraine, dans le but de préserver les intérêts légitimes des populations qui y vivent”, a dit le président russe, cité par l’agence de presse russe Itar-Tass.

Interrogé sur le sens de ces propos, un porte-parole du Kremlin a assuré que le président russe n’appelait pas à la création d’un Etat indépendant dans le sud-est de l’Ukraine. Cette région, a estimé le porte-parole, doit continuer à faire partie intégrante de l’Ukraine et les combats qui y font rage relèvent d’un conflit interne.

“Il ne s’agit pas d’un conflit entre la Russie et l’Ukraine, mais d’un conflit interne à l’Ukraine”, a dit le porte-parole, Dmitri Peskov, aux journalistes.

Prié de dire si Novorossia (appellation par laquelle les insurgés pro-russes désignent les régions où ils combattent l’armée ukrainienne) devait rester partie intégrante de l’Ukraine, il a répondu par l’affirmative: “Bien sûr”.

“Seule l’Ukraine est à même de conclure un accord avec Novorossia, qui prenne en compte les intérêts de Novorossia, c’est la seule façon de parvenir à un règlement politique”, a continué le porte-parole du Kremlin.

Kiev et ses alliés européens et américains, qui ont imposé des sanctions à la Russie en raison de son rôle en Ukraine, estiment que la nouvelle offensive lancée par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine est appuyée par plus de 1.000 militaires russes.

RÉUNION LUNDI A MINSK DU “GROUPE DE CONTACT”

Vladimir Poutine a déclaré dimanche que la Russie ne pouvait pas rester les bras croisés lorsque des personnes étaient abattues en Ukraine.

“Il faut garder présent à l’esprit que la Russie ne peut pas rester les bras croisés lorsque des gens sont tués quasiment à bout portant”, a déclaré le président russe, cité Itar-Tass.

Interrogé sur une possible sortie de crise dans l’est de l’Ukraine, Vladimir Poutine a répondu qu’il ne pouvait pas faire de pronostic car “cela dépendait largement de la volonté politique des actuelles autorités ukrainiennes”.

Le président russe a par ailleurs estimé qu’un soutien des Occidentaux aux opérations militaires de l’armée ukrainienne serait en contradiction avec les valeurs démocratiques européennes.

Vladimir Poutine a ajouté que sa rencontre de mardi dernier avec son homologue ukrainien Petro Porochenko à Minsk avait été “bonne” et il a parlé du chef de l’Etat ukrainien comme d’un “partenaire avec qui il est possible d’avoir un dialogue”.

Samedi, Petro Porochenko a dit espérer une solution politique, mais il a dans le même temps prévenu que l’Ukraine était au bord d’un conflit généralisé.

Le numéro deux des séparatistes ukrainiens, Andreï Pourguine, a déclaré qu’il prendrait part lundi aux discussions prévues entre représentants de Moscou et de Kiev mais il a dit ne pas s’attendre à une avancée, écrit l’agence Itar-Tass.

Andreï Pourguine, qui est vice-Premier ministre de la république autoproclamée de Donetsk, a indiqué que la réunion du “groupe de contact” dans la capitale biélorusse, Minsk, ne serait “qu’une première étape dans les négociations”.

L’Ukraine sera représentée à Minsk par un ancien président, Leonid Koutchma, et la Russie par son ambassadeur en Ukraine, Mikhaïl Zourabov, a dit samedi Petro Porochenko.

Katya Golubkova et Mark Trevelyan; Pierre Sérisier et Eric Faye pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below