August 24, 2014 / 4:08 PM / 4 years ago

Benjamin Netanyahu lance un avertissement aux civils de Gaza

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Benjamin Netanyahu a appelé les habitants de la bande de Gaza à quitter les site d’où sont tirées des roquettes, dimanche, alors que Tsahal poursuivait ses raids dans l’enclave palestinienne.

Un centre commercial à Gaza touché par un bombardement israélien. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a appelé les habitants de la bande de Gaza à quitter tout site d'où seraient tirées des roquettes, dimanche, alors que de nouvelles frappes aériennes israéliennes ont tué six personnes dans l'enclave palestinienne. /Photo prise le 24 août 2014/REUTERS/Abu Mustafa

Le Premier ministre israélien, dont les propos ont été retransmis à la télévision, s’exprimait au lendemain de la destruction d’un immeuble de 12 étages qui abritait un poste de commandement du Hamas, selon l’état-major. L’effondrement du bâtiment, édifice le plus haut jamais détruit par l’armée israélienne dans la bande de Gaza, a fait 17 blessés.

“J’appelle les habitants de Gaza à quitter immédiatement tout site utilisé par le Hamas pour mener ses activités terroristes. Chacun de ces lieux est une cible pour nous”, a déclaré Benjamin Netanyahu.

Quelques heures après son intervention, un groupe de quatre maisons dont l’une appartenait à un membre du Hamas a été détruit par l’aviation israélienne à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, rapportent des habitants.

Dix personnes ont été blessées par les débris mais aucun décès n’a été signalé. Dix minutes avant le raid, un missile avait été tiré en guise d’avertissement.

A Gaza-ville, un autre raid a coûté la vie à Mohamed al Ghoul, que Tsahal présente comme le responsable des “transactions” du mouvement islamiste. Trois cadres du Hamas avaient été tués trois jours plus tôt dans le sud de l’enclave.

UNE MÈRE ET SES TROIS ENFANTS TUÉS

Enfin, une mère et ses trois enfants ont trouvé la mort dans le camp de réfugiés de Djabalia, selon des responsables médicaux. On ignore pourquoi l’armée israélienne a visé le camp. Les habitants disent ne pas avoir été avertis de cette frappe.

Selon les services de santé de la bande de Gaza, 2.114 Palestiniens, dont une grande majorité de civils, ont été tués depuis le début de l’offensive israélienne, le 8 juillet. Israël déplore la mort de 64 soldats et de quatre civils.

L’Egypte et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont lancé samedi un appel à un cessez-le-feu illimité à Gaza afin de permettre une reprise des pourparlers indirects au Caire.

Rien ne laisse toutefois présager un arrêt des hostilités à brève échéance. Prévenant que l’opération de l’armée israélienne durerait “autant que nécessaire”, Benjamin Netanyahu a averti les Israéliens que le conflit se prolongerait probablement au-delà de la rentrée scolaire, le 1er septembre.

A Gaza, le ministère de l’Education a d’ores et déjà repoussé la rentrée des classes.

Le directeur adjoint de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Scott Anderson, a cependant assuré que des cours seraient assurés “grâce à notre chaîne de télévision satellitaire, au programme d’apprentissage sur Internet” et à d’autres moyens “qui ont fait peur preuves en Syrie”.

Nidal al Mughrabi et Jeffrey Heller, Tangi Salaün et Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below