August 10, 2014 / 12:12 PM / 4 years ago

L'Etat islamique aurait tué 500 Yazidis et enterré certains vivants

par Ahmed Rasheed

Une famille de yazidis déplacés ayant fui les violences. Les djihadistes de l'Etat islamique ont assassiné au moins 500 membres de la minorité religieuse depuis le début de leur récente offensive dans le nord de l'Irak et les ont inhumés dans des fosses communes, selon le ministre irakien des Droits de l'homme. /Photo prise le 4 août 2014/REUTERS/Ari Jalal

BAGDAD (Reuters) - Les djihadistes de l’Etat islamique (EI) ont tué au moins 500 membres de la minorité religieuse yazidie depuis le début de leur récente offensive dans le nord de l’Irak, a déclaré dimanche à Reuters le ministre irakien des Droits de l’homme.

Mohamed Chia al Soudani a déclaré que les extrémistes sunnites avaient enterré certaines de leurs victimes vivantes, dont des femmes et des enfants.

Il a ajouté que l’EI avait enlevé environ 300 femmes pour en faire des esclaves.

“Nous disposons de preuves évidentes obtenues auprès de Yazidis ayant fui Sinjar et de certains ayant échappé à la mort, mais aussi à partir d’images de scènes de crimes qui montrent de manière incontestable que les bandes de l’Etat islamique ont exécuté au moins 500 Yazidis après s’être emparés de Sinjar”, a dit Mohamed Chia al Soudani dans une interview téléphonique à Reuters.

Sinjar est le berceau de la communauté yazidie, issue de la minorité kurde d’Irak et adepte d’un culte pré-islamique considéré comme “diabolique” par les radicaux sunnites de l’EI.

“Certaines victimes, dont des femmes et des enfants, ont été enterrées vivantes dans des fosses communes éparpillées dans et autour de Sinjar”, a affirmé le ministre irakien des Droits de l’homme.

“Sur certaines images que nous avons obtenues, des cadavres de Yazidis sont alignés après avoir été tués d’une balle dans la tête tandis que des combattants de l’Etat islamique se réjouissent et agitent leurs armes au-dessus des corps”, a-t-il ajouté.

La progression des combattants de l’Etat islamique dans le nord de l’Irak a entraîné l’exode de dizaines de milliers de Yazidis ou de membres de la minorité chrétienne.

Les djihadistes avaient donné jusqu’à ce dimanche midi à 300 familles yazidies pour se convertir à l’islam ou périr.

On ignore si Mohamed Chia al Soudani parlait de ces familles ou d’autres victimes éventuelles du conflit.

PRESSION SUR LES ETATS-UNIS

“Nous avons parlé à certains Yazidis qui ont fui Sinjar. Nous avons des dizaines de témoignages décrivant des scènes douloureuses de combattants de l’Etat islamique arrivant et arrachant les filles à leurs familles pour s’en servir d’esclaves”, a-t-il dit.

“L’Etat islamique terroriste a aussi réduit au moins 300 femmes yazidies à l’état d’esclaves et en a enfermé certaines dans un commissariat de Sinjar et en a transféré d’autres dans la ville de Tal Afar. Nous craignons qu’ils les emmènent à l’extérieur du pays.”

Le but de ces déclarations paraît d’inciter les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux à agir concrètement en soutien aux autorités de Bagdad.

“Il est désormais de la responsabilité de la communauté internationale d’adopter une position ferme contre l’Etat islamique pour parvenir à un consensus sur une décision légitime de déclencher une guerre contre l’Etat islamique pour arrêter les génocides et les atrocités contre les civils”, a dit Mohamed Chia al Soudani.

Les Etats-Unis ont procédé samedi pour la deuxième journée consécutive à des bombardements aériens contre les djihadistes sunnites qui menacent Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, et traquent les minorités chrétiennes et yazidies.

Arrivé dimanche à Bagdad, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, devait se rendre dans la foulée à Erbil pour superviser la distribution d’une aide humanitaire française, ont annoncé ses services et des responsables kurdes.

Les Etats-Unis ont déjà largué de l’aide aux Yazidis réfugiés sur le mont Sinjar. La Grande-Bretagne doit en faire de même.

Ces pays insistent toutefois sur la responsabilité des dirigeants politiques à Bagdad, notamment sur celle du Premier ministre chiite Nouri al Maliki, priés de former le plus rapidement possible un gouvernement d’unité.

Tangi Salaün et Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below