July 14, 2014 / 12:37 PM / 4 years ago

Kiev accuse Moscou de combattre aux côtés des rebelles

KIEV (Reuters) - L’Ukraine a accusé lundi la Russie de laisser ses officiers combattre aux côtés des séparatistes contre les troupes de Kiev et de masser des troupes le long de la frontière, où se cristallisent les tensions.

Membre des forces spéciales de la police ukrainienne, dans le village de Semenovka, près de Sloviansk. L'Ukraine a accusé lundi la Russie de laisser ses officiers combattre aux côtés des séparatistes contre les troupes de Kiev et de masser des troupes le long de la frontière, où se cristallisent les tensions. /Photo prise le 14 juillet 2014/REUTERS/Gleb Garanich

Le ministre ukrainien de la Défense a affirmé qu’un avion de transport militaire avait été abattu par une roquette “probablement” tirée de Russie.

Le président ukrainien, Petro Porochenko a réuni les responsables de la sécurité après un week-end rythmé par des frappes aériennes contre des positions tenues par des rebelles et les reproches de Moscou adressés à Kiev.

La Russie a accusé dimanche l’artillerie ukrainienne d’avoir tiré sur son territoire, ce que les autorités de Kiev ont vigoureusement démenti.

“Nous avons reçu (...) confirmation du fait que des officiers russes prenaient part aux opérations militaires contre l’armée ukrainienne”, a dit Petro Porochenko, cité par le site internet de la présidence.

Le président ukrainien s’était déjà plaint dimanche, auprès du président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, d’incursions de soldats russes de l’autre côté de la frontière.

Selon lui, les forces gouvernementales, qui ont perdu 23 hommes vendredi dans des tirs de missiles Grad, sont désormais la cible d’un nouveau type de missile russe.

Chacun cherche à convaincre la communauté internationale. Petro Porochenko a promis de fournir des preuves de l’entrée de soldats russes sur le territoire ukrainien et la Russie a invité des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à visiter des postes-frontières.

Dans le même temps, Moscou maintient la pression sur le gouvernement ukrainien. D’après un journal russe, qui cite des sources proches du Kremlin, la Russie étudie la possibilité de frapper des objectifs localisés.

Le porte-parole de l’armée ukrainienne, Andriy Lissenko, a accusé la Russie de renforcer ses effectifs à la frontière avec l’Ukraine.

“Au cours des dernières 24 heures, un déploiement d’unités et de matériel militaire russes a été signalé entre les postes-frontières de Soumi et de Louhansk. La Fédération de Russie continue de masser des troupes à la frontière”, a-t-il dit à la presse.

COMBATS AUTOUR DE LOUHANSK

L’Otan, a dit un de ses officiers, estime elle aussi que la Russie a massé de nouvelles troupes le long de la frontière et les évalue à 10.000 à 12.000 hommes.

Moscou avait précédemment retiré une grande partie des 40.000 hommes déployés au plus fort des tensions avec Kiev pour n’en laisser qu’un millier à la mi-juin, avant de revoir ses effectifs à la hausse, selon cet officier qui a demandé à rester anonyme.

Andriy Lissenko a par ailleurs dit que trois soldats ukrainiens avaient été tués et 12 autres blessés au cours des dernières 24 heures.

Les combats font toujours rage, en particulier dans la région de Louhansk et notamment à l’aéroport où l’armée dit avoir mis fin dans la nuit de dimanche à lundi au blocus des séparatistes.

Un porte-parole de la “République populaire de Louhansk” a annoncé lundi que 30 volontaires (séparatistes) avaient été tués par les tirs de l’armée ukrainienne à Oleksandrivka, village à l’est de Louhansk, rapporte l’agence de presse russe Interfax.

Selon le ministre ukrainien de la Défense, un avion de transport AN-26 a été abattu par une roquette qui pourrait venir de Russie.

Valery Heletey a expliqué que l’avion volait à une altitude de 6.500 mètres et était hors de portée de toutes les armes dont disposent en théorie les insurgés.

“Par conséquent, l’avion a été abattu par un autre missile, plus puissant, probablement à partir du territoire de la Fédération de Russie,”, a déclaré le ministre de la Défense, cité par le site internet de la présidence.

On ignore si cette attaque a fait des victimes parmi les huit membres de l’équipage.

Les combats ont commencé en avril, lorsque des séparatistes se sont emparés de bâtiments officiels et de villes entières peu après l’annexion de la Crimée par la Russie. Ils ont pris une nouvelle ampleur ces derniers jours quand les troupes favorables au gouvernement en place à Kiev ont délogé les insurgés de Slaviansk, leur ancienne place forte.

Avec Anton Zverev à Donetsk et Gabriela Baczynska à Moscou, Eric Faye et Simon Carraud pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below