May 13, 2014 / 3:43 PM / 5 years ago

L'armée devra consentir un effort, dit Michel Sapin

PARIS (Reuters) - Les militaires français devront consentir un effort dans le cadre de la politique de maîtrise des dépenses publiques, a déclaré mardi Michel Sapin, à l’heure où l’opposition accuse l’exécutif de préparer des coupes dans le budget de l’armée.

Les militaires français devront consentir un effort dans le cadre de la politique de maîtrise des dépenses publiques, a déclaré le ministre des Finances Michel Sapin mardi lors de la séance de questions au gouvernement, alors que l'opposition accuse l'exécutif de préparer des coupes dans le budget de l'armée. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

“La France doit faire un effort en terme de maîtrise de ses dépenses publiques, tous les militaires feront un effort mais le ministère de la Défense est un ministère qui doit être à la hauteur des enjeux de la sécurité de la France”, a dit, sans plus de précisions, le ministre des Finances lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

Adoptée en décembre, la loi de programmation militaire (LPM) octroie 190 milliards d’euros de crédits sur la période 2014-2019 et acte 7.881 suppressions de postes en 2014.

Le budget annuel est maintenu à 31,4 milliards d’euros jusqu’en 2016 (1,5% du PIB) et progressera légèrement par la suite. François Hollande s’est engagé à plusieurs reprises à sanctuariser les budgets prévus par la LPM.

Mais selon Les Echos de mardi, le ministère des Finances envisagerait désormais de réduire les crédits militaires d’un montant allant jusqu’à 2,3 milliards d’euros d’ici 2017.

Le ministère de la Défense pourrait ainsi contribuer à hauteur de 300 à 350 millions d’euros aux 1,6 milliard d’économies supplémentaires que l’Etat va devoir effectuer en 2014 pour tenir son objectif de déficit public, selon le quotidien économique.

Le député UMP Xavier Bertrand a de son côté évoqué des économies d’”1,5 à 2 milliards d’euros par an pendant 3 à 4 ans”, sans préciser d’où il tenait ses informations.

“DANS L’OS”

“Il n’en est pas question”, a réagi Michel Sapin, accusant l’élu d’employer “des chiffres qui n’ont rien à voir avec la réalité.”

“Quand on parle de crédits de la Défense, on peut très rapidement faire peur à ceux qui penseraient que parce que tel ou tel élément viendrait à diminuer, ce serait la sécurité de la France qui diminuerait”, a-t-il ajouté.

“Non la sécurité de la France ne sera pas mise en danger, une loi de programmation a été votée, c’est dans le cadre de cette loi de programmation que toute réflexion sur l’avenir des crédits de la défense doit s’inscrire”.

Le Premier ministre, Manuel Valls, avait démenti ce week-end l’existence d’un plan d’austérité spécifique qui viserait la Défense tout en confirmant que tous les ministères participeraient à la réduction des déficits.

Les militaires redoutent de voir le budget annuel de la Défense passer sous le seuil de 1,5% du PIB, soit environ 30 milliards d’euros annuels, son niveau actuel.

En deçà de cette somme, les experts estiment que la France ne pourrait pas faire des interventions militaires seule comme elle l’a fait au Mali en janvier 2013.

“On est à l’os”, a estimé l’ancien ministre UMP de la Défense Alain Juppé mardi. “Je pense que tout coup de tournevis supplémentaire sur la défense nous priverait des moyens de nos ambitions, à la fois pour la sécurité de notre territoire et surtout pour notre capacité de déploiement extérieur.”

Marine Pennetier, avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below