April 25, 2014 / 9:00 AM / 4 years ago

La Russie veut la Troisième Guerre mondiale, dit Iatseniouk

KIEV (Reuters) - La Russie veut déclencher une Troisième Guerre mondiale en occupant “militairement et politiquement” l’Ukraine et en provoquant un conflit qui s’étendra au reste de l’Europe, a accusé vendredi le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk.

Militaires russes dans les environs de Belgorod, près de la frontière avec l'Ukraine. Selon le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, la Russie veut déclencher une Troisième Guerre mondiale en occupant "militairement et politiquement" l'Ukraine et en provoquant un conflit qui s'étendra au reste de l'Europe. /Photo prise le 25 avril 2014/REUTERS/Alexander Mikhailov

“Les velléités de conflit militaire en Ukraine mèneront à un conflit militaire en Europe”, a-t-il dit lors d’un conseil des ministres retransmis en direct à la télévision.

“Le monde n’a pas encore oublié la Deuxième Guerre mondiale que la Russie veut déjà déclencher la Troisième Guerre mondiale”, a-t-il poursuivi.

Le chef du gouvernement ukrainien, au pouvoir depuis la chute de Viktor Ianoukovitch, en février, avait rarement eu recours jusque-là à des termes aussi forts dans la guerre des mots qui fait déjà rage entre Kiev et Moscou.

“Il est évident que l’objectif de la Russie est d’empêcher la tenue de l’élection en Ukraine, de faire tomber le gouvernement pro-occidental et pro-ukrainien et d’occuper l’Ukraine tant politique que militairement”, a-t-il poursuivi.

La préparation de l’élection présidentielle anticipée du 25 mai est perturbée par l’émergence de séparatistes pro-russes qui ont pris les armes, occupent depuis le 6 avril une série de bâtiments publics dans l’est du pays et contestent la légitimité du pouvoir central tout en réclamant un référendum sur le modèle de ce qui s’est passée en Crimée.

Pour Kiev, il s’agit de “terroristes” soutenus par Moscou.

“Le soutien de la Russie aux terroristes et aux bandits qui torturent des citoyens pacifiques constitue un crime international. C’est un crime contre l’humanité”, a dit Iatseniouk, appelant Moscou à honorer ses engagements pris dans l’accord de Genève du 17 avril dernier.

Signé par la Russie, l’Ukraine, les Etats-Unis et l’Union européenne, le texte prévoit notamment le désarmement des groupes illégaux et la libération des bâtiments publics illégalement occupés.

Iatseniouk a noté que Kiev attendait toujours une réponse à sa requête officielle concernant les manoeuvres militaires russes menées à proximité de la frontière de l’Ukraine.

Selon le ministre ukrainien de la Défense, Mikhaïlo Koval, cité vendredi par l’agence de presse Interfax-Ukraine, des soldats russes se sont approchés à moins d’un kilomètre de la frontière, mais ne l’ont pas franchie.

“Les forces armées ukrainiennes sont prêtes à repousser toute agression”, a-t-il néanmoins ajouté.

Pavel Polityuk; Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below