April 17, 2014 / 8:43 AM / 5 years ago

Poutine accuse Kiev de crime grave contre les russophones

MOSCOU (Reuters) - Vladimir Poutine a estimé jeudi que l’envoi de forces armées dans l’est de l’Ukraine constituait un “nouveau crime grave” de la part des autorités de Kiev qu’il a appelées à s’asseoir à la table des négociations avec les représentants de la communauté russophone.

Militaires ukrainiens près de Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, mercredi. Vladimir Poutine a estimé jeudi lors d'une intervention télévisée avant le début de la réunion quadripartite à Genève que l'envoi de forces armées dans l'est de l'Ukraine constituait un "nouveau crime grave" de la part des autorités de Kiev qu'il a appelées à s'asseoir à la table des négociations avec les représentants de la communauté russophone. /Photo prise le 16 avril 2014/REUTERS/Marko Djurica

Le président russe, qui s’exprimait à la télévision russe avant le début de la réunion quadripartite à Genève, a jugé que le nouveau gouvernement ukrainien ne cherchait pas à instaurer un dialogue avec les populations de l’est du pays.

Poutine a estimé que la réunion à quatre à Genève était “très importante” et a rappelé que la Russie et l’Ukraine possédaient un grand nombre d’intérêts communs. Il a affirmé être certain qu’un terrain d’entente mutuelle serait trouvé avec l’Ukraine.

Il a par ailleurs qualifié de “sottises” les accusations selon lesquelles des troupes russes seraient présentes dans l’est de l’Ukraine.

Pierre Sérisier pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below