April 16, 2014 / 7:18 AM / 4 years ago

Des députés socialistes promettent un bras de fer sur les 3%

PARIS (Reuters) - Des députés socialistes reprochent au gouvernement un changement de cap sur ses déficits publics et annoncent un bras de fer avec le gouvernement alors que l’opposition appelle au respect de l’engagement pris auprès de Bruxelles.

Des députés socialistes reprochent au gouvernement un changement de cap sur ses déficits publics et annoncent un bras de fer avec le gouvernement alors que l'opposition appelle au respect de l'engagement pris auprès de Bruxelles. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

Le gouvernement socialiste s’est défendu mardi de tout revirement en matière de déficit public après avoir assuré qu’elle le ramènerait à la limite européenne de 3% du PIB en 2015, coupant court à des spéculations sur son souhait d’obtenir un nouveau délai.

“Aujourd’hui, on nous explique qu’il n’y aura ni renégociation ni délai supplémentaire pour atteindre les 3% de déficit public. A leur bras d’honneur, il faut répondre par un bras de fer”, déclare mercredi dans Libération le député PS Pouria Amirshahi.

“Cette déception va nous rendre encore plus exigeants dans notre rapport avec l’exécutif et le gouvernement”, ajoute-t-il.

“La trajectoire budgétaire qu’ils vont nous soumettre pour 2015-2017 est loin de recueillir l’unanimité. Je ne suis pas sûr qu’elle sera votée.”

Une dizaine de députés PS ont refusé la confiance à Manuel Valls faute d’obtenir le changement de cap réclamé dans un “contrat de majorité” signé par 86 parlementaires PS.

Le nouveau Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a placé mardi le parti sous le signe d’une “confiance exigeante” vis-à-vis de l’exécutif.

Pour l’ancien Premier ministre et actuel maire UMP de Bordeaux Alain Juppé, l’engagement de la France sur son déficit public est un “engagement de bon sens” qui doit être respecté.

“J’entends beaucoup dire que c’est un diktat de Bruxelles, c’est absurde, c’est un engagement que nous avons pris nous-mêmes à plusieurs reprises”, a-t-il dit sur France Info.

“On a un peu le sentiment que la France est vraiment l’homme malade de l’Europe, il faut qu’elle fasse ses réformes de structure”, a-t-il ajouté, appelant à ne plus “hésiter” sur la réalisation de cet engagement.

Une succession de déclarations depuis la défaite de la majorité aux municipales, fin mars, avaient laissé penser que la France était désireuse de négocier un nouveau délai, alors qu’elle est en retard sur sa trajectoire, avec un déficit à 4,3% du PIB fin 2013 contre 4,1% prévu auparavant.

Mais le gouvernement s’en est défendu mardi.

La nouvelle trajectoire des finances publiques sera présentée le 23 avril en conseil des ministres.

Chine Labbé

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below