April 7, 2014 / 4:38 PM / in 4 years

Réélu, Viktor Orban n'entend pas changer de politique en Hongrie

BUDAPEST (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont la politique est régulièrement critiquée par ses partenaires européens et par les investisseurs étrangers, a estimé lundi avoir obtenu un mandat clair pour “continuer ce qu’il a commencé” lors des élections législatives largement remportées par son parti dimanche.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont la politique est régulièrement critiquée par ses partenaires européens et par les investisseurs étrangers, a estimé lundi avoir obtenu un mandat clair pour "continuer ce qu'il a commencé" lors des élections législatives largement remportées par son parti dimanche. /Photo prise le 7 avril 2014/REUTERS/Laszlo Balogh

Après dépouillement de 99% des bulletins de vote, lundi, les projections officielles attribuaient au Fidesz (droite) 133 des 199 sièges à la Diète, le Parlement hongrois.

L’alliance de gauche est créditée de 38 sièges et le parti d’extrême droite Jobbik de 23. Avec plus de 20% des voix, ce parti accusé d’antisémitisme a cependant réalisé sa meilleure performance électorale et pris date en vue des européennes du mois de mai.

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont jugé que le scrutin avait été transparent mais relevé que certains facteurs avaient avantagé de manière excessive le parti au pouvoir.

Le système électoral a été profondément modifié avant les législatives, une réorganisation dénoncée par l’opposition comme visant à favoriser le Fidesz.

“Ces (facteurs) incluent la façon dont un grand nombre de changements du cadre législatif ont été adoptés, des règles de campagnes restrictives (et) une couverture médiatique biaisée”, a écrit la mission de l’OSCE en Hongrie dans un communiqué.

Viktor Orban a balayé ces critiques d’un revers de la main pendant une conférence de presse lundi à Budapest.

“Nous avons reçu l’autorisation claire et incontestable de continuer ce que nous avons commencé”, a déclaré le Premier ministre, qui va entamer à 50 ans un deuxième mandat de quatre ans.

A Berlin, le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel a invité Viktor Orban à user de sa victoire dans les urnes avec “le sens de la proportion, de la retenue et avec délicatesse”.

Le dirigeant hongrois a affiché lundi son intention de maintenir la taxe sur les bénéfices des banques mise en place ces quatre dernières années. Il n’a en revanche pas dévoilé ses intentions concernant le florint, la monnaie hongroise que certains experts s’attendent à voir dévaluée.

Les investisseurs craignent par ailleurs que Viktor Orban ne décide de nationaliser une partie du secteur bancaire ou qu’il impose de nouvelles charges aux entreprises étrangères du secteur de l’énergie.

Les analystes estiment que cette politique, qui a permis à la Hongrie de sortir de la récession, pourrait se retourner contre elle en dissuadant les investissements dont le pays a besoin pour s’assurer une croissance à long terme.

Gergely Szakacz et Krisztina Than; Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below