March 24, 2014 / 9:28 AM / 4 years ago

La majorité garde le cap après un premier tour difficile

PARIS (Reuters) - La France ne modifiera pas sa politique économique et sociale malgré un premier tour des élections municipales défavorable à la gauche, ont déclaré lundi des responsables de la majorité, qui renvoient un éventuel remaniement à l’après-second tour.

Comme d'autres responsables socialistes, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a renvoyé lundi un éventuel remaniement à l'après-second tour des municipales. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Agir avant dimanche prochain serait une faute, a dit le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, jugeant que la question du remaniement ne se posait pas avant.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a quant à lui exclu une inflexion de la politique du gouvernement.

“Il y a des mesures à prendre”, a-t-il dit sur Europe 1. “Le temps des décisions approche.”

Le gouvernement présentera le 15 avril son “pacte de responsabilité”, par lequel il promet de baisser de 10 milliards d’euros supplémentaires le coût du travail pour les entreprises, et son programme de stabilité, qui fixera la trajectoire de réduction des déficits et les moyens d’y parvenir.

Ce programme “inclura le sérieux budgétaire indispensable, donc des économies qu’il faut faire”, a ajouté Pierre Moscovici. “Nous sommes prêts à prendre toutes les mesures qui sont nécessaires pour que la France reste un pays crédible en termes de finances publiques.”

Le “pacte de responsabilité” prendra quant à lui “les grandes décisions nécessaires pour que notre croissance soit plus forte qu’un pour cent aujourd’hui, car nous avons une obsession : l’emploi, l’emploi, l’emploi”, a poursuivi le ministre de l’Economie, qui n’a pas voulu répondre sur la date d’un éventuel remaniement.

“On va d’abord attendre le second tour”, a-t-il dit.

Interrogée sur un remaniement, Najat Vallaud-Belkacem a répondu dans le même sens sur France 2 : “Je ne crois pas que la question se pose cette semaine.”

La droite a viré nettement en tête à l’issue du premier tour des élections municipales, un scrutin marqué par une percée sans précédent du Front national dans plusieurs villes de France et la confirmation du désaveu de la gauche au pouvoir.

Le député socialiste Thierry Mandon a estimé sur RMC et BFM TV qu’”après une telle défaite, il est impossible de ne pas bouger. Il faut une équipe plus professionnelle”.

Selon Claude Bartolone, agir entre les deux tours “serait une faute”.

“Vous n’allez pas vous moquer, par certains côtés, des électeurs. Vous n’allez pas leur dire d’un seul coup entre deux tours on a tout changé”, a-t-il dit sur RTL.

“Nous avons un président de la République qui sait ce qu’est la politique et je suis sûr que, déjà, il a regardé l’ensemble des résultats”, a ajouté Claude Bartolone.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below