March 18, 2014 / 10:46 AM / 5 years ago

Perquisitions chez Michèle Alliot-Marie et son père

PARIS (Reuters) - Les domiciles de l’ex-ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et de son père ont été perquisitionnés mardi à Paris et Neuilly notamment dans le cadre d’une enquête pour abus de confiance, a-t-on appris de source judiciaire.

Les domiciles de l'ex-ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et de son père, ancien maire de Biarritz, ont été perquisitionnés mardi matin dans le cadre d'une enquête pour abus de confiance, selon une source judiciaire, confirmant une information du Monde. La mairie de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) a été également visée par une perquisition. /Photo d'archives/REUTERS/Nacho Doce

La mairie et l’office du tourisme de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) ont également été visées par des perquisitions, a-t-on précisé.

Le parquet de Nanterre a ouvert une information judiciaire pour abus de confiance le 13 juin dernier suite à un signalement de Tracfin, cellule de renseignement financier du ministère de l’Economie, datant de décembre 2012.

Interrogée par LCP.fr, l’ancienne ministre de la Défense a insisté sur la proximité de ces révélations avec les échéances électorales.

“Qu’un truc qui n’a pas de sens arrive à quatre jours des élections, je pense que cela vient de la gauche et que cela vise à favoriser l’abstention aux élections municipales”, a-t-elle dit.

Michèle Alliot-Marie, qui n’est pas candidate à la mairie de Saint-Jean-de-Luz, a été désignée tête de liste UMP pour la circonscription sud-ouest aux élections européennes.

Les juges enquêtent sur des mouvements de fonds suspects à destination d’un hôtel de luxe et du père de l’ancienne ministre, Bernard Marie, ex-maire de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), selon la source judiciaire.

Les enquêteurs soupçonnent Michèle Alliot-Marie d’avoir été l’une des bénéficiaires de ces fonds via l’hôtel de luxe, écrit Le Monde.

Selon le quotidien, “plusieurs associations de Saint-Jean-de-Luz, sur la côte Basque, auraient été lésées.”

“PROCEDURE CLAIRE ET TRANSPARENTE”

“Une enquête préliminaire avait d’abord été ordonnée, portant sur des mouvements de fonds troublants, de 2010 à 2012, entre des associations liées à l’office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz et un hôtel de la localité basque”, poursuit-il.

L’hôtel en question est dirigé par Bernard Marie, le père de Michèle Alliot-Marie, et l’ancienne ministre UMP en détient des parts, indique une source judiciaire.

Les sommes suspectes s’élèveraient à 200.000 euros, selon Le Monde. “C’est de cet ordre-là”, confirme cette source, sans donner plus de détails.

Peyuco Duhart, le maire de Saint-Jean-de-Luz, a précisé que l’enquête portait sur l’association organisatrice du Festival des jeunes réalisateurs, présidée par Bernard Marie.

“Le seul lien qui existe entre l’Office de tourisme et M. Marie est une convention annuelle signée avec l’association organisatrice du Festival international des jeunes réalisateurs de M. Marie”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Dans ce cadre, l’Office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz a versé jusqu’en 2012 une subvention de 23.800 euros à l’association “en contrepartie de prestations qui sont chaque année fournies”, a-t-il précisé.

Pour Peyuco Duhart, “tout cela suit une procédure administrative tout à fait claire, transparente et contrôlée”.

Chine Labbé, avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below