February 28, 2014 / 9:54 AM / 4 years ago

Copé dénonce une "manipulation" avant les municipales

PARIS (Reuters) - Le président de l’UMP, Jean-François Copé, a estimé vendredi que les accusations de surfacturation des meetings de campagne de Nicolas Sarkozy constituaient une “manipulation grossière” visant à le salir à trois semaines des élections municipales.

Jean-François Copé a estimé vendredi que les accusations de surfacturation des meetings de campagne de Nicolas Sarkozy constituaient une "manipulation grossière" visant à le salir à trois semaines des élections municipales. Le Point a accusé jeudi une société de communication fondée par des proches du président de l'UMP d'avoir surfacturé des prestations. /Photo prise le 8 janvier 2014/REUTERS/Charles Platiau

Le Point a accusé jeudi une société de communication fondée par les proches du chef du principal parti d’opposition d’avoir utilisé ce mécanisme, “un tissu de mensonges” selon Jean-François Copé qui a réaffirmé vendredi sur Europe 1 son intention de porter plainte contre l’hebdomadaire.

“Ce sont des rumeurs qui viennent s’ajouter aux rumeurs et aux calomnies uniquement pour salir celui qui est aujourd’hui le chef de l’opposition à trois semaines des élections municipales”, a-t-il déclaré.

“Vous croyez qu’on peut être dupe de tout ça? (...) Il y a derrière tout cela une grossière manipulation.”

Le député UMP Thierry Mariani a lui aussi dénoncé vendredi une “cabale” lancée contre Jean-François Copé.

“C’est une cabale (...) qui tombe comme par hasard à (trois) semaines des municipales”, a-t-il dit sur i>TÉLÉ. “À qui profite cette enquête? (...) Elle profite à la gauche”, a-t-il ajouté, estimant qu’il est “logique en politique” de travailler avec ses amis.

La société Bygmalion, qui appartient à deux anciens collaborateurs du “patron” de l’UMP, a engrangé huit millions d’euros pour l’organisation des meetings de la campagne présidentielle de 2012, selon Le Point.

L’UMP a fait un appel aux dons qui lui a rapporté 11 millions d’euros après l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel.

Jean-François Copé a assuré vendredi que Bygmalion travaillait pour l’UMP depuis 2002, comme d’autres sociétés travaillent pour le Parti socialiste.

“Je ne vois pas à quoi correspond ce chiffre” de huit millions d’euros, a-t-il souligné.

Le député UMP Lionel Tardy, proche de François Fillon, est le seul à avoir soutenu les affirmations du Point.

“Tout le monde savait pour (Jean-François Copé): c’est la raison pour laquelle je n’ai pas participé au #Sarkothon”, a-t-il écrit jeudi sur Twitter en évoquant l’appel aux dons lancé par le parti.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below